Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Élections américaines: revue de la semaine

John Plassard|03 mai 2024

Élections américaines: revue de la semaine

(Photo: Getty Images)

EXPERT INVITÉ. Le taux d’approbation, Kennedy, les «double haters, les débats et Kristi Noem. Voici ce qui s’est passé cette semaine dans la campagne électorale américaine.

 

Taux d’approbation

La cote d’approbation moyenne actuelle du président Joe Biden marque le point le plus bas non seulement de son propre mandat, mais aussi des neuf présidences précédentes, selon un nouveau sondage Gallup.

Joe Biden a obtenu une moyenne de 38,7% au cours du treizième trimestre de son mandat, un niveau historiquement bas qui supplante le record le plus bas de George H.W. Bush, avec une moyenne de 41,8%, selon un sondage publié vendredi par Gallup. Le président sortant est également tombé en dessous de ses deux derniers prédécesseurs, Donald Trump et Barack Obama, qui ont respectivement atteint une moyenne de 46,8% et 45,9% au même moment de leur premier mandat. Le treizième trimestre enregistré pour chaque président depuis 1956 a commencé le 20 janvier et s’est terminé le 19 avril.

Les sondages indiquent que les taux d’approbation moyens de George W. Bush sont de 51%, de Bill Clinton de 53%, de Ronald Reagan de 54,5%, de Jimmy Carter de 47,7%, de Richard Nixon de 53,7% et de Dwight D. Eisenhower, qui obtient le taux le plus élevé, de 73,2%. Gallup n’a pas enregistré les taux moyens d’approbation du treizième trimestre de John F. Kennedy, probablement en raison de son décès, et de Lyndon B. Johnson, probablement parce qu’il a terminé le mandat de son prédécesseur avant d’être élu.

La dernière moyenne trimestrielle de Joe Biden a légèrement baissé par rapport à son niveau le plus bas de 39%, soit 17 points de moins que le niveau record atteint au cours des trois premiers mois de son mandat. Sa cote actuelle est presque identique à celle du sondage Gallup d’avril, dans lequel 38% des électeurs approuvaient les performances professionnelles de Joe Biden. De même, il a obtenu 40% en mars et 38% en février.

Cliquez sur suivant pour: Trump aurait-il peur de Kennedy?

Trump aurait-il peur de Kennedy?

L’ancien président Donald Trump a critiqué la candidature de Robert F. Kennedy Jr. aux élections présidentielles de 2024, soulignant ses positions progressistes sur le climat, les armes à feu, les frontières et l’énergie.

Dans un message publié sur Truth Social, le président Trump a également critiqué le choix de RFK Jr. pour la vice-présidence, l’avocate de la Silicon Valley Nicole Shanahan. Cette dernière, 38 ans, était auparavant mariée à Sergey Brin, le cofondateur de Google. Elle a aidé à financer la campagne publicitaire de Kennedy pour le Super Bowl, qui a coûté 7 millions de dollars américains (M$US). Le lendemain du jour où Robert F. Kennedy a annoncé que Nicole Shanahan serait sa colistière, elle a envoyé une contribution de 2M$US à la campagne de Robert F. Kennedy.

Selon un récent sondage The Economist/YouGov, le président Trump et le président Biden ont obtenu chacun 43% de soutien de la part des électeurs probables pour la course à la présidence. RFK Jr. est à la traîne avec seulement 3% de soutien.

Le problème pour Donald Trump? Selon d’autres sondages, près de 70% des personnes qui votent Kennedy pourraient voter pour… Joe Biden.

 

Cliquez sur suivant pour: La catégorie des “double haters”

La catégorie des «double haters»

Un nouveau sondage montre qu’un électeur sur six déteste à la fois l’ancien président Donald Trump et le président Joe Biden — et ce groupe pourrait décider de l’élection présidentielle de 2024.

Un sondage de l’université Monmouth montre que 60% des électeurs sont peu ou pas du tout enthousiastes à l’égard de l’élection, compte tenu de l’affrontement entre les candidats démocrate et républicain présumés.

En outre, un groupe important d’électeurs fait partie de la catégorie des «double haters», c’est-à-dire de ceux qui détestent à la fois Donald Trump et Joe Biden. Quelque 78% des «double haters» disent qu’ils ne sont pas satisfaits de voir l’un ou l’autre des deux hommes en tête de liste de leur parti.

Joe Biden a une légère avance sur ce groupe, 26% d’entre eux affirmant qu’ils voteront certainement ou probablement pour le président actuel, tandis que 17% disent qu’ils voteront probablement ou certainement pour Donald Trump. Mais 55% de ce groupe disent qu’il est peu probable qu’ils votent pour l’un ou l’autre des candidats.

Seuls 20% des électeurs se sont déclarés “très” enthousiastes à l’égard des choix offerts par ce cycle électoral.

 

Cliquez sur suivant pour: Donald Trump n’est pas content

Donald Trump n’est pas content

 

Pas content de la tournure que prennent les sondages et pas content d’être actuellement jugé au pénal. Mais il y a un autre sujet qui l’énerver actuellement: le fait de ne pas pouvoir débattre avec Joe Biden.

La campagne de Donald Trump a critiqué le refus de la Commission des débats présidentiels d’avancer le calendrier des débats jusqu’à ce que des millions d’Américains aient déjà voté, qualifiant cette décision d’“inacceptable” et de “grave préjudice” pour l’électorat.

Dans une déclaration, les représentants de la campagne de l’ancien président Donald Trump, Chris LaCivita et Susie Wiles, ont intensifié leurs critiques à l’égard de l’organisme qui parraine tous les débats présidentiels des élections générales.

Auparavant, ils avaient demandé que les débats se tiennent “bien plus tôt” que le premier débat prévu par la commission à la mi-septembre.

La campagne de Donald Trump a réitéré son argument selon lequel les électeurs méritent d’entendre les deux candidats avant de commencer à voter.

Cette déclaration intervient après que la commission à but non lucratif a indiqué à Fox News qu’elle s’en tiendrait à son programme de débats, publié en novembre dernier. Quatre débats sont prévus: trois présidentiels et un vice-présidentiel.

Le premier débat présidentiel aura lieu le 16 septembre à l’université d’État du Texas à San Marcos ; le deuxième aura lieu le premier octobre à l’université d’État de Virginie à Petersburg ; et le troisième aura lieu le 9 octobre à l’université de l’Utah à Salt Lake City.

 

Cliquez sur suivant pour: Kristi Noem est-elle allée trop loin?

Kristi Noem est-elle allée trop loin?

Kristi Noem pourrait avoir perdu toutes ses chances d’être la future vice-présidence de Donald Trump à cause d’une dramatique histoire de chien. Cette dernière s’est défendue après une histoire selon laquelle elle avait tué un chien dans sa ferme a suscité la condamnation des démocrates et des groupes de défense des animaux.

Dans ses mémoires à paraître, la gouverneure du Dakota du Sud raconte qu’elle a tué un chien de famille “impossible à dresser” après une partie de chasse, rapporte The Guardian, qui dit avoir obtenu un exemplaire du livre, No Going back.

Kristi Noem a déclaré que «Cricket», un chien d’arrêt à poil dur de 14 mois, était une femelle dotée d’une “personnalité agressive”, selon The Guardian.

Lors d’une partie de chasse au faisan, la chienne est devenue «folle d’excitation» et a ensuite attaqué les poulets d’une autre famille. Et lorsqu’elle a voulu attraper Cricket, dit Kristi Noem, le chien l’a mordue.

«J’ai détesté ce chien», a écrit Kristi Noem dans l’extrait. La chienne était “dangereuse pour tous ceux avec qui elle entrait en contact” et “ne valait pas grand-chose” comme chien de chasse.

«J’ai compris que je devais l’abattre», écrit-elle. Le journal n’a pas précisé quand l’incident s’était produit. Selon The Guardian, Kristi Noem a expliqué qu’elle avait inclus cette histoire macabre pour montrer qu’elle était prête, en politique, à faire ce qui doit être fait, même si c’est “difficile, désordonné et laid”.

Les organisations de protection des animaux ont dénoncé le fait que Kristi Noem ait tué le chien.

 


Ce texte est tiré de l’infolettre quotidienne de John Plassard, gracieuseté de Mirabaud

 

** Veuillez prendre note que les visuels de notre expert sont présentés en anglais à titre informatif et ne peuvent être traduits par notre équipe. Merci de votre compréhension.