Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires
Jean-Philippe Legault

Entre les lignes

Jean-Philippe Legault

Expert(e) invité(e)

Des dirigeants de qualité

Jean-Philippe Legault|Mis à jour le 11 avril 2024

Des dirigeants de qualité

Nous recherchons plutôt des dirigeants économes avec l’argent des actionnaires, mais qui ne craindront pas d’investir des sommes importantes pour faire croître la société à long terme. (Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. Si vous avez l’habitude de lire nos textes, vous aurez remarqué que nous portons une attention particulière à la qualité des dirigeants d’une société.

En effet, avant de procéder à tout investissement, nous cherchons à déterminer le niveau de compétence des têtes dirigeantes. Toutefois, ce processus d’évaluation n’est pas toujours évident puisqu’il n’existe pas de données dans les résultats financiers qui nous permettent de dénicher cette information.

Pour se faire une tête, un investisseur peut certainement examiner l’historique des décisions qui ont été prises par les dirigeants. On peut également comparer la performance financière de la société par rapport à ses pairs.

Si la performance est supérieure, on peut déduire que les dirigeants font du bon travail. De mon côté, j’aime aussi identifier des traits de personnalité marquants chez les dirigeants. Voici trois attributs que nous privilégions.

 

Frugalité

Selon moi, un dirigeant d’entreprise doit chercher à minimiser les dépenses superflues. À titre d’exemple, Bruce Flatt, le PDG de Brookfield, voyage en classe économique sur des vols de courte distance. Joe Shoen, le PDG de U-Haul, exige que ses employés louent des motels peu dispendieux lors de voyages d’affaires et qu’ils soient au moins deux par chambre.

Je me souviens également d’une histoire similaire où Alain Bouchard de Couche-Tard s’était retrouvé dans une petite chambre d’hôtel sans fenêtre, car elle était peu dispendieuse. 

Je crois qu’il est important de faire la distinction entre les dépenses personnelles des dirigeants et les dépenses effectuées avec l’argent de la société. Après tout, il n’est pas rare de voir des dirigeants faire des dépenses frivoles avec leur argent personnel.

Nous recherchons plutôt des dirigeants économes avec l’argent des actionnaires, mais qui ne craindront pas d’investir des sommes importantes pour faire croître la société à long terme. Ces derniers cherchent constamment à réaliser un rendement sur chaque dollar dépensé. Voyager en première classe est certainement plus confortable, mais n’ajoute pas nécessairement de valeur à la société.

 

Près des employés et des clients 

Selon nous, il est primordial que les dirigeants soient près des employés. Cette caractéristique permet d’être aux premières loges des réussites et des problèmes. À titre d’exemple, Alain Bouchard s’assurait toujours de visiter plusieurs dépanneurs lorsqu’il voyageait à l’étranger. Il prenait le temps de rencontrer les employés et les gérants afin de mieux comprendre ce qui fonctionnait ou ne fonctionnait pas.

Joe Shoen est constamment sur le terrain. Il visite régulièrement toutes ses succursales et prend plusieurs notes afin de s’assurer d’améliorer l’efficacité des opérations. De plus, il a déjà rendu public son numéro de téléphone personnel et reçoit encore aujourd’hui des appels de clients qui lui exposent leurs problèmes. Il s’assure ensuite de les régler rapidement.

Bruce Flatt et les dirigeants de Brookfield prennent souvent le lunch à leur bureau aux côtés des stagiaires.

Au-delà de la résolution de problèmes, je crois que cette caractéristique contribue également à diffuser adéquatement la culture d’entreprise. J’estime que la proximité avec le grand patron est gratifiante pour les employés et qu’elle accroît sans doute le dévouement au travail.

 

Travaillant

Nous recherchons des dirigeants qui n’hésitent pas à mettre la main à la pâte. À titre d’exemple, Jim Koch, le fondateur de la Boston Beer Company, goûtait toutes les brassées produites par la société afin de s’assurer de la qualité du produit. On peut certainement débattre des bienfaits pour sa santé, mais on ne peut lui reprocher son manque d’implication!

Les hauts dirigeants de Couche-Tard mettaient tous la main à la pâte lorsqu’ils devaient examiner les états financiers d’une future acquisition. En comparaison, les compétiteurs qui cherchaient à effectuer la même acquisition envoyaient plutôt un groupe de comptables et d’avocats et ne cherchaient pas nécessairement à s’impliquer dans le processus.

Willis Johnson, le fondateur de Copart, avait l’habitude d’examiner méthodiquement l’ensemble des pièces se trouvant dans une cour de recyclage avant de miser sur l’acquisition d’un lot. Ses concurrents regardaient de loin la cour et estimaient plutôt la valeur du lot.

Comment faire pour découvrir de telles anecdotes? Vous devez lire une panoplie d’articles et de livres sur les dirigeants. Un dirigeant qui possède les caractéristiques mentionnées précédemment ne connaîtra pas automatiquement un succès boursier, mais il augmentera grandement ses chances d’y parvenir.