Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Azelie Pouliot: «Construire un monde plus juste et durable»

lesaffaires.com|Mis à jour le 26 avril 2024

Azelie Pouliot: «Construire un monde plus juste et durable»

LEADERS DE DEMAIN. En 2023, Les Affaires vous a présenté les leaders de demain de la première cohorte de Génération d’impact, un programme de formation d’intrapreneurs chapeauté par la Jeune chambre de commerce de Montréal et Fondaction.

Nous vous proposons de les redécouvrir en cette fin d’année, avant le lancement de la 2e cohorte.

 

 

Présentation

Nom: Azelie Pouliot

Âge: 24 ans

Fonction: Directrice du succès client

Employeur: Salesfloor

 

Questions-réponses:

Les Affaires: Pourquoi as-tu accepté l’invitation?

Azelie Pouliot: J’ai rejoint la cohorte Génération d’impact pour apprendre, échanger et collaborer avec une communauté de jeunes professionnels qui partage les mêmes convictions et abonde vers un but commun — celui de réformer le statu quo pour construire un monde plus juste et durable.

Dans le milieu des start-ups en technologie plus traditionnelles, il est particulièrement laborieux de faire progresser des projets socioécologiques puisque la viabilité financière de l’entreprise demeure toujours la priorité dominante. Cependant, je crois que les organisations qui intègrent des valeurs environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) tôt dans leur cycle de vie ont un plus grand potentiel d’impact et définiront les nouveaux standards.

Je suis très enthousiaste à l’idée de développer des stratégies pour devenir une intrapreneure tenace et, par l’entremise de mon projet, inciter un changement important non seulement au sein de mon organisation, mais aussi auprès d’autres start-ups montréalaises.

 

L.A.: Quel défi souhaites-tu relever dans le cadre de Génération d’impact?

A.P.: Dans un premier temps, je souhaite édifier un guide de meilleures pratiques («playbook») spécifiquement destiné aux start-ups pour les outiller dans une transition socioécologique agile, accessible et quantifiable qui va au-delà des crédits de carbone.

M’inspirant de plusieurs start-ups à l’échelle mondiale, le guide contiendra notamment ;

 

  • Des études de cas
  • Une revue des initiatives réussies et échouées
  • Des indicateurs de performance adaptés
  • Les impacts des mesures ESG (attraction et rétention de talents, innovation, etc.)

 

Ce guide visera également à décortiquer les politiques locales et fédérales qui touchent le développement durable ainsi qu’à démontrer la valeur qu’accordent les investisseurs québécois aux programmes ESG.

Dans un deuxième temps, j’aimerais mener un audit auprès de mon organisation et identifier les principaux chantiers d’amélioration. En utilisant le guide comme point de départ, je souhaite intégrer des considérations ESG dans nos processus décisionnels et dans les cibles annuelles de chaque département.

 

L.A.: Si tu avais une baguette magique, quel serait l’objectif de l’entreprise à impact idéale?

A.P.: Afin de décélérer et d’amortir les impacts sociaux et environnementaux des changements climatiques, je crois que chaque entreprise doit devenir une entreprise à impact en apportant un changement sociétal plus grand qu’elle-même. Elle doit s’interroger sur sa raison d’être, opérer avec transparence et identifier les limites de son expansion.

Puisque notre modèle économique décourage la retenue, je crois que nous devons ériger une réforme économique qui considère l’incompatibilité d’une croissance infinie dans un monde aux ressources finies.