Whistler, paradis du plein air

Publié le 25/05/2011 à 15:09, mis à jour le 25/05/2011 à 15:16

Whistler, paradis du plein air

Publié le 25/05/2011 à 15:09, mis à jour le 25/05/2011 à 15:16

Par Nathalie De Grandmont

Réputée pour le ski en hiver, la dynamique station de Whistler offre encore plus à faire en été : des randonnées au milieu de la végétation alpine, de nombreux terrains de golf et surtout, la possibilité de faire du vélo de montagne dans un des meilleurs parcs du genre en Amérique.

Randonnées: Entouré par quatre lacs et de nombreux sommets, Whistler devient en été la Mecque du plein air. Les randonneurs disposent d'une vingtaine de sentiers, répartis sur les monts Whistler et Blackcomb, qui atteignent plus de 2000 mètres chacun. A partir du village, il suffit d'emprunter le téléphérique qui mène au sommet de Whistler. De là part notamment le «High Note Trail», qui offre une vue d'ensemble sur le parc provincial Garibaldi, un lac glaciaire, sans parler des nombreuses fleurs alpines (à partir de la mi-août). Maintenant, il est également possible de traverser sur l'autre sommet (Blackcomb) en une dizaine de minutes, grâce au périphérique « Peak 2 Peak ». Une merveille d’ingénierie, puisque ses nacelles parcourent 4,4 km (un record mondial), perchées à 436 mètres au dessus de la vallée. A Blackcomb, le sentier «Decker Loop» figure parmi les favoris des randonneurs.  (43$/ad. passe randonnée, www.whistlerblackcomb.com)

Vélo de montagne: Whistler propose une cinquantaine de pistes, de tous les niveaux et accessibles par 3 remonte-pentes. Et pour les amateurs de descente, cela représente plus de 1 500 mètres de dénivellation possibles... La station offre aussi plusieurs programmes d’enseignement, tels que «le Bike Park 101» (à partir de109$/ad.), qui permet de s'initier ou de rafraîchir ses connaissances, au sein de petits groupes. Après une demi-heure d'apprentissage des techniques de base (le freinage, les virages, etc.) le guide nous accompagne dans les sentiers les plus appropriés, en fonction de notre niveau. Les coûts comprennent la leçon, la location d’un vélo, casque et protecteurs, plus le billet de remonte-pentes pour quelques heures. Dès qu’on commence à se laisser aller, l'adrénaline et les rires fusent presqu’autant que les éclats de boue! www.whistlerbike.com

Au sommet des arbres: La compagnie Ziptrek Ecotours a aménagé plusieurs circuits d'aventure douce, à la cime des arbres. Leur plus populaire s'appelle le «Bear Tour» et compte une demi-douzaine de ponts suspendus et de tyroliennes, au cœur d'une forêt mature. Certaines de ces tyroliennes atteignent plus de 300 mètres de longueur et nous font même traverser quelques gorges et torrents, à plus de 45 mètre dans les airs. Les participants sont constamment attachés par des harnais et supervisés par deux moniteurs, à chaque extrémité des tyroliennes ou des ponts suspendus. (A partir de 99$/ad., www.ziptrek.com)

Golf, au milieu des montagnes: Si Whistler est devenue une station quatre saisons, c'est en grande partie grâce à ses terrains de golf réputés, tels que le «Nicklaus North Golf Course» (le seul terrain auquel Nicklaus ait apposé son nom) et le «Château Whistler Golf Course», réalisé par Robert Trent Jones Jr. (www.whistlerblackcomb.com)    

Apéro ? A la fin de la journée, cyclistes et randonneurs – de tous les coins du monde – rejoignent les golfeurs dans les nombreux bars de la ville; ce qui crée une ambiance sympathique et cosmopolite. Pour le 5 à 7, nombreux sont ceux qui optent pour le pub «Garibaldi Lift Cie» (pour la musique et l'ambiance détendue). Depuis peu, l'Alta Bistro propose aussi une grande sélection de cocktails et de vins au verre. (4319, Main Street, www.altabistro.com)

Bon gueuleton ? Grâce à ses nombreux résidants permanents, le centre de Whistler s'avère toujours très animé. On y retrouve un cinéma, des épiceries et tous les genres de restaurants : pizzerias, steakhouses, sushis et fine cuisine... Le " Sidecut", à l'Hôtel Four Seasons, est réputé pour ses spécialités de gibier et ses steaks, servis avec un assortiment de sauces maison, tandis que le Barefoot Bistro se démarque grâce à son bar à champagne (et huîtres) et ses menus dégustation, qui mettent en vedette les meilleurs produits canadiens, d'un océan à l'autre. (www.fourseasons.com/whistler et www.bearfootbistro.com)

Cap vers Vancouver: Situées à deux heures de route l'une de l'autre, Vancouver et Whistler sont reliées par l’autoroute « Sea to sky », qui a été élargie et améliorée pour les Olympiques de 2010. Classée parmi les routes panoramiques du pays, elle traverse les montagnes puis longe la côte et un chapelet d’îles, entre autres. On peut également rejoindre Vancouver à bord du Rocky Mountaineer: un train touristique qui longe plusieurs petites communautés riveraines, de même que certaines gorges, chutes et rivières, alimentées par des glaciers. (1 877 460-3200, 1 888-687-7245 ou www.rockymountaineer.com)

Où loger ? Classique mais élégant, le Fairmont Château Whistler est bien situé, au pied des pentes de Blackcomb. Certaines chambres (et terrasses) offrent d'ailleurs une vue sur les pistes et les flancs de la montagne. Les suites du Westin Resort & Spa se trouvent également à deux pas des téléphériques et du village de Whistler. (www.fairmont.com/whistler, www.westinwhistler.com)

Comment s’y rendre ? De nombreux vols réguliers d’Air Canada et de West Jet relient Montréal à Vancouver. Une fois à l'aéroport de Vancouver, l’entreprise Perimeter propose un service de navette qui dessert tous les principaux hôtels de Whistler. (www.perimeterbus.com)

Pour en savoir plus: 1 800 766-0449 (informations générales) ou 1 888 403-4727 (centrale de réservations); www.whistlerblackcomb.com  

À la une

Budget fédéral 2024: l'art de se tirer dans le pied

EXPERT INVITÉ. Le gouvernement de Justin Trudeau «s’autopeluredebananise» avec son «budget mémorable».

Gain en capital: pas une surprise

EXPERT INVITÉ. «Combien d’impôt ça va vous coûter de plus?»

L'industrie technologique mécontente des mesures sur les gains en capital

Mis à jour à 17:22 | La Presse Canadienne

L'industrie technologique est mécontente des mesures sur les gains en capital.