Vendeur patient et acheteur combatif

Publié le 12/02/2011 à 13:47, mis à jour le 14/02/2011 à 14:31

Vendeur patient et acheteur combatif

Publié le 12/02/2011 à 13:47, mis à jour le 14/02/2011 à 14:31

Dès son arrivée dans l'entreprise familiale, Groupe Autocar Jeannois, au début des années 2000, Stéphane Lefebvre s'est engagé à fond. " J'ai chapeauté trois acquisitions d'entreprises et j'ai développé de nouveaux créneaux ", dit l'homme d'affaires de 34 ans.

Sous son impulsion, le Groupe a développé deux nouvelles activités : le transport scolaire et le transport long courrier par autocars de luxe. L'entreprise dessert les aéroports de Toronto, Hamilton, Québec et Montréal. En peu de temps, le chiffre d'affaires a grimpé de 250 % et le nombre d'employés a été multiplié par deux.

Le processus du transfert de propriété de l'entreprise s'est enclenché en 2008. Un contrat de vente a alors été signé entre le père et le fils. " Je deviendrai actionnaire majoritaire d'ici cinq à dix ans ", précise Stéphane Lefebvre.

Reconnaître la valeur de l'apport du fils

Au départ, le jeune homme n'avait pas les capitaux nécessaires pour réaliser une telle transaction. " Je ne voulais pas faire appel au capital de risque ni à des institutions financières, en raison des conditions de prêts ", dit-il.

La solution : la reconnaissance de la valeur monétaire de sa contribution à la croissance de l'entreprise. Cette reconnaissance lui a procuré un statut d'actionnaire minoritaire. " Mon apport dans l'entreprise a été considéré en quelque sorte en équité, me permettant d'obtenir à la transaction un certain nombre d'actions établi par cette valeur. "

À la une

Les entreprises doivent se préparer à l’indépendance de l’Écosse

14/05/2021 |

ANALYSE. La victoire des indépendantistes le 6 mai et le Brexit favorisent une victoire du «oui» lors d'un référendum.

Charl-Pol: loin des grosses mains de Jos Tremblay

14/05/2021 | Emmanuel Martinez

L’entreprise Charl-Pol, de Saguenay, a cent ans.

CPQ: la pandémie n'a pas gommé la pénurie de main-d'oeuvre

Mis à jour le 12/04/2021 | Catherine Charron

L'immigration est la solution que souhaitent privilégier les entreprises sondées.