Dépasser le choc des générations

Publié le 24/06/2011 à 00:00, mis à jour le 21/07/2011 à 13:42

Dépasser le choc des générations

Publié le 24/06/2011 à 00:00, mis à jour le 21/07/2011 à 13:42

Par Pierre Théroux

Colette Vanasse, directrice du Centre international des familles en affaires McGill-HEC

Pour qu'un enfant puisse prendre la place de son parent dans la direction de l'entreprise familiale, encore faut-il la lui laisser ! " Un des défis de la relève familiale, c'est de pouvoir s'assumer comme dirigeant et comme leader ", souligne Colette Vanasse, directrice du Centre international des familles en affaires McGill-HEC.


Au-delà des aspects juridique et fiscal liés au processus de transmission, le style de gestion peut être une source de conflits quand vient le moment de choisir son successeur ou de lui laisser prendre les rênes de l'entreprise.


" Les échecs surviennent souvent quand le fondateur, qui a mis toute sa vie à bâtir et à développer l'entreprise, n'arrive pas à lâcher prise. Il veut continuer à imposer sa vision, ses façons de faire ", note Mme Vanasse.


La succession familiale se bute souvent au choc des générations. Malgré les connaissances et les compétences du fondateur, celui-ci doit se montrer réceptif à d'autres points de vue et tenir compte des différences qui peuvent exister entre les modèles générationnels. " Car la relève est aussi synonyme de changement ", rappelle Mme Vanasse. D'autant qu'une nouvelle génération arrive souvent à la barre avec des idées qui peuvent donner un nouvel élan à l'entreprise.


Le cédant, qui a été pendant longtemps l'acteur central, doit accepter un autre style de gestion et des conditions de travail qui peuvent différer des siens. Il doit donner la chance à son successeur de prendre des décisions et d'en assumer les conséquences. " Ceux qui prennent la relève feront sans doute des erreurs, mais le cédant en a sûrement fait lui aussi. "


Choisir son équipe


À un moment donné, le nouveau président doit choisir entre s'entourer de la même équipe de direction, qui a accompagné son prédécesseur, et miser sur de nouvelles têtes. Si un changement de garde peut être souhaitable ou bénéfique, " il doit veiller à garder les employés clés qui, grâce à leurs connaissances et à leurs compétences, sont indispensables à la bonne marche de l'entreprise ".


Autre défi : certains employés connaissent le fils ou la fille du patron depuis leurs premiers pas dans l'entreprise, généralement dans le cadre d'emplois d'été quand ils étaient étudiants. Plusieurs de ces employés de longue date estiment que le successeur doit faire ses preuves, et non seulement prendre une place qui lui revient à cause du lien familial. Il faut bien gérer ces situations car les relations futures en dépendent.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Trop de pression au travail? Voici une solution géniale!

21/03/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Une astuce aussi simple qu'efficace signée Anders Indset, le «Platon rock'n'roll du management»...

Au Canada, les hommes gagnent 26% plus que les femmes!

20/03/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Le pire, c'est qu'ils n'en ont même pas conscience. Pas plus que les cadres, selon une étude Léger-ADP.

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

23/03/2019 | François Normand

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.