Enfin des jobs pour les Innus de Pessamit !

Publié le 11/02/2011 à 00:00, mis à jour le 14/02/2011 à 13:54

Enfin des jobs pour les Innus de Pessamit !

Publié le 11/02/2011 à 00:00, mis à jour le 14/02/2011 à 13:54

Par Pierre Théroux

Raphaël Picard, du Conseil des Innus de Pessamit

À une quarantaine de kilomètres à l'ouest de Baie-Comeau, se trouve la communauté de Pessamit dont plus de 63 % de la population a moins de 35 ans. Les 3 000 Innus vivent de chasse et de pêche, exploitent quelques commerces ou travaillent pour les différents services publics administrés par le Conseil des Innus, le principal employeur.

" On s'est toujours occupé à gérer les programmes du gouvernement plutôt que de tirer profit du potentiel économique du territoire ", déplore Raphaël Picard, chef du Conseil des Innus de Pessamit depuis huit ans.

La situation est sur le point de changer, alors que des projets de développement minier, d'implantation de petites centrales hydroélectriques et d'exploitation de biomasse pointent à l'horizon.

Une entente historique

En mai, le Conseil a conclu une entente avec deux petites minières. Selon cet accord, Pessamit consent à ce que les sociétés québécoises Argex et Saint-Georges procèdent à l'exploration minière d'une partie de son territoire. En retour, celles-ci concèdent à Pessamit un droit de première participation sur tout projet sur le territoire. L'entente, qui prévoit notamment la construction d'une usine de transformation sur le territoire de Pessamit, anciennement appelé Betsiamites, entraînerait la création d'environ 450 emplois, dont une centaine parmi la communauté innue.

" Ce partenariat est une occasion unique de développement pour notre communauté ", commente le chef Picard, qui déplore que les gens de la communauté soient exclus de l'employabilité dans les grandes entreprises de la région.

Il qualifie d'historique l'entente conclue avec les deux entreprises minières. Cette fois " les promoteurs sont venus nous voir, comme s'ils parlaient à un gouvernement, pour avoir le consentement et l'implication de la communauté ", dit-il.

Il y a quelques années, Raphaël Picard et le Conseil des Innus avaient fait les manchettes au cours d'une saga judiciaire visant à empêcher Kruger de poursuivre ses activités sur l'Île René-Levasseur, située au coeur du territoire revendiqué par la communauté.

Les droits des Innus ne sont pas un obstacle au développement économique, ajoute celui qui avait alors été décrit comme un opposant à de tels projets. " Nous sommes prêts à contribuer au développement du territoire lorsqu'il se fait de façon respectueuse de l'environnement et de nos droits ancestraux ", dit M. Picard.

Le type d'entente conclue avec les sociétés minières " est la voie à suivre pour notre avenir ", précise-t-il.

Un mois après la signature de cette entente, Pessamit se voyait octroyer 2 des 12 projets retenus par Hydro-Québec pour l'achat d'électricité provenant de petites centrales hydroélectriques de 50 MW et moins.

Hydro-électrique Pessamit investira 65 millions de dollars dans le développement des centrales sur la rivière Sault-aux-Cochons. Enfin, la communauté de Pessamit mise aussi sur l'implantation d'une usine de transformation de copeaux de bois en granules industrielles.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

À la une

Commerce: Biden maintiendra la pression sur la Chine

23/10/2020 | François Normand

Les républicains ont une perception plus négative à l'égard de la Chine, mais elle progresse aussi chez les démocrates.

Une bulle technologique dans le S&P500? (la suite)

23/10/2020 | Ian Gascon

BLOGUE INTIVÉ. Les titres technologiques méritent-ils des évaluations aussi élevées?

Si ça semble trop beau pour être vrai…

23/10/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les rendements élevés viennent obligatoirement avec des risques élevés.