Le Port de Valleyfield profitera du Plan Nord

Publié le 08/10/2011 à 00:00, mis à jour le 07/10/2011 à 09:12

Le Port de Valleyfield profitera du Plan Nord

Publié le 08/10/2011 à 00:00, mis à jour le 07/10/2011 à 09:12

Par Pierre Théroux

La manutention de marchandise à destination des régions nordiques a doublé en cinq ans au Port de Valleyfield.

La manne du Plan Nord se répandra jusqu'au port de Salaberry-de-Valleyfield, qui profite déjà des nombreux projets de développement miniers en cours dans le Nord québécois.

"On profite de cette effervescence depuis trois ans, et ça pourrait s'accentuer dans les années à venir", constate Michel Gadoua, pdg du Port de Valleyfield.

C'est que les entreprises minières, mais aussi les commerces et les collectivités des régions nordiques du Nunavik et du Nunavut ont des besoins grandissants d'équipement, de matériel roulant, d'habitations et d'autres biens ou denrées.

Or, le port de Salaberry-de-Valleyfield est le lieu de départ d'une forte proportion des marchandises qui y sont envoyées, après leur chargement sur l'un des quatre navires du Nunavut Eastern Arctic Shipping (NEAS) qui desservent Kuujjuaq, Inukjuak, Iqaluit et des dizaines de villages nordiques du territoire.

L'armateur, une filiale de la Société Makivik, s'y est installé en 2000 pour remédier à son manque d'espace dans le port de Montréal. Les immenses charpentes de toit, les motoneiges, les tiges d'acier, les réservoirs de vrac liquide, la multitude de denrées non périssables et les nombreux autres produits en attente de chargement, en cette mi-septembre, donnent une bonne idée de l'ampleur de la superficie nécessaire pour les entreposer.

En cinq ans, les cargaisons à destination des régions nordiques ont doublé pour dépasser les 50 000 tonnes, ce qui représente aujourd'hui plus de 10 % du tonnage du port. En 2009, un nouvel entrepôt de 50 000 pieds carrés a été construit pour accompagner cette croissance du cargo du Nord. La prochaine étape : l'aménagement d'un neuvième quai qui nécessiterait des investissements de 35 millions de dollars.

"L'agrandissement est justifié par les perspectives de développement dans le Nord-du-Québec, mais aussi par la croissance de nos autres activités", explique M. Gadoua, en précisant que le Port entreprendra l'an prochain les études nécessaires à sa réalisation.

Un nouveau venu apportera aussi de l'eau au moulin. L'entreprise canadienne Les Grains Lac Supérieur, spécialisée dans la manutention et la distribution de grains, y construit actuellement des silos et des convoyeurs. Elle pourra ainsi recevoir les grains et céréales des producteurs de la région de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent qui seront ensuite transportés par barge à leurs destinataires.

Cette nouvelle présence "apportera 100 000 tonnes de plus au Port, soit plus du quart de son volume actuel", se réjouit Michel Gadoua.

Autre bonne nouvelle : le parachèvement complet d'ici 2013 de l'autoroute 30, située à proximité, pourrait attirer de nouveaux clients au port, qui offre aussi un accès direct aux lignes ferroviaires des compagnies CN, CP et CSX.

En dix ans, le volume de marchandises manutentionnées au Port de Valleyfield est passé de 229 000 à 409 000 tonnes, et le nombre de navires qui s'y arrêtent a doublé : il est passé de 48 à 98. Le Port de Valleyfield, propriété municipale, manutentionne principalement du sel industriel et routier (28 %), de l'asphalte (28 %) et du zinc concentré (14 %).

Le Port de Valleyfield a été inauguré en 1966. Sa principale vocation était alors de desservir la compagnie Les Engrais du St-Laurent, qui importait du phosphate en vrac de l'État de la Caroline.

50 000

Nombre de tonnes de marchandises qui transitent par le Port de Valleyfield à destination des régions nordiques.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre


image

Adjointes administratives

Mercredi 14 octobre


image

Femmes Leaders

Mercredi 21 octobre

À la une

Voulons-nous vraiment vivre dans ce monde?

18/09/2020 | François Normand

ANALYSE - Cessons d'écouter ceux qui disent que le développement durable mine l'économie, car c'est faux: il la stimule.

La Bourse sur une perspective de 100 ans (partie II)

18/09/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. L'histoire du 20e siècle nous démontre que des changements majeurs sont à prévoir au 21e siècle.

La Bourse sur une perspective de 100 ans

11/09/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les leaders d’aujourd’hui ne seront pas nécessairement les leaders de demain.