Fini l'exode des jeunes

Publié le 28/03/2009 à 00:00

Fini l'exode des jeunes

Publié le 28/03/2009 à 00:00

Par Claudine Hébert

Depuis le début des années 2000, la Gaspésie voit arriver une nouvelle génération de professionnels liés aux industries éolienne et touristique. Que ce soient des ingénieurs civils, des urbanistes, des biologistes en environnement, des agronomes ou des exploitants touristiques. Des jeunes d'une vingtaine d'années qui viennent (ou reviennent) s'établir sur le littoral gaspésien avec l'intention d'y rester et d'élever leur famille.

Passionné de ski et blasé de la vie urbaine, le graphiste Giovanni Mancini a quitté Montréal pour relancer la Vallée Taconique à Mont-Saint-Pierre, un centre de ski qui propose cinq tracés de 550 mètres de dénivelé.

" Il s'agit aussi d'un retour aux sources puisque ma mère est originaire de Mont-Saint-Pierre ", relate le maître d'oeuvre de cette station qui avait démarré dans les années 1990 et qui avait rapidement fait faillite.

La destination hors piste, desservie par motoneige, peut accueillir jusqu'à huit clients par jour. L'an dernier, une centaine de skieurs ont vécu l'expérience en moins de cinq semaines. Cette saison, ce nombre a triplé.

Conscient des coûts et des risques qu'entraîne cette aventure saisonnière, Giovanni Mancini n'a pas renié ses premières amours : graphisme et design. Dans la cour de sa résidence, le vestiaire de Vallée Taconique côtoie l'atelier d'Eldorado 77 et de Contour Détour, deux entreprises d'impression numérique et d'identification de véhicules, dont plus de 90 % de la clientèle est... à Montréal.

Du génie gaspésien

Dans les bureaux de Kwatroe Consultants, à Gaspé, la moyenne d'âge de la vingtaine d'employés recrutés depuis la fondation de l'entreprise, en 2005, n'excède guère 28 ans. " On a atteint notre objectif ", indique Martin Crousset, un des quatre copropriétaires de Kwatroe, qui voulaient contrer l'exode des jeunes.

Lui et son frère Mario, deux ingénieurs originaires de Murdochville, ont refusé de quitter la région lorsque leur employeur, Noranda, a définitivement fermé la mine en 2002. Après deux années en solo, ils se sont associés aux frères David et Ronald MacCallum, de Breuvages Gaspé, pour lancer Kwatroe Consultants. " La seule firme d'ingénierie de la Gaspésie qui regroupe tous les types d'ingénieurs sous un même toit ", dit l'un des ingénieurs de la boîte, Martin Cavanagh-Morin.

Kwatroe a profité de l'essor de l'industrie éolienne. La firme a géré la construction des parcs éoliens de Murdochville et de l'usines de pales LM Glassfiber, de Gaspé.

Toutefois, elle a développé d'autres champs d'expertise, particulièrement en géothermie. L'éolien représente moins de 5 % de ses projets.

On lui doit, entres autres, l'aménagement des systèmes géothermiques d'Aquaculture Nordik, à Port-Daniel. Kwatroe participe aussi à l'ambitieux projet de géothermie de l'ancienne mine de cuivre de Murdochville, qu'on a transformée en parc industriel.

Cela dit, le secteur éolien demeure toujours dans la mire de Kwatroe Consultants. L'entreprise s'est associée à une firme australienne qui développe une technologie de couplage diesel-éolien pour stabiliser l'énergie produite par les réseaux éoliens autonomes. Kwatroe détient les droits exclusifs de fabrication et de distribution de cette technologie.

Ailleurs dans la péninsule

Bien avant que les frères Crousset et MacCallum créent Kwatroe Consultants, Marjolaine Castonguay a été pionnière de l'industrie de l'environnement en Gaspésie. Cette biologiste attirée par le milieu aquatique a fondé Pesca Environnement, à Maria, en 1991.

D'abord spécialisée dans la caractérisation de fosses à saumons, l'entreprise de consultants a acquis une expertise dans les études d'impact environnemental des parcs éoliens. Conséquence directe : Pesca est passée de deux employés à une quarantaine. " La moitié provient de l'extérieur de la Gaspésie et des Îles ", dit Maryse Tremblay, porte-parole.

Déménagé dans de plus vastes locaux à Carleton-sur-Mer, Pesca compte deux succursales, à Québec et à Rimouski. La firme a été couronnée meilleure entreprise de l'année, en plus d'être récompensée pour ses innovations, lors du premier gala québécois de l'industrie éolienne, l'an dernier.

La grande séduction

Depuis trois ans, la Commission jeunesse Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine combat l'exode des jeunes. Son principal obstacle : l'image négative suscitée par les très médiatisées fermetures de l'usine Gaspésia et de la mine Noranda.

L'organisme multiplie les activités en milieu scolaire. L'une d'elle, la Grande Séduction, consistait à accueillir 28 jeunes de l'extérieur pendant une semaine. Âgés de 20 à 35 ans, ils ont participé à divers salons de l'emploi et pratiqué le kayak, l'observation des baleines et la pêche aux homards en haute mer.

" Le quart de ces participants vivent aujourd'hui dans la région ", souligne Sandra McNeil, agente de communication de la Commission jeunesse.

Un réseau d'ambassadeurs a également été mis en place dans chaque MRC pour favoriser l'intégration des arrivants.

Le plus récent solde migratoire de la Gaspésie encourage la Commission. Bien qu'il soit encore négatif (- 196), le résultat est 10 fois meilleur qu'il y a 10 ans. À cette époque, la Gaspésie perdait plus de 2 000 résidents par année, soit l'équivalent d'un village entier. " La bataille n'est peut-être pas encore gagnée, mais au moins l'hémorragie est contrôlée ", conclut Sandra McNeil.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Bourse: Wall Street termine sans direction, digérant les données sur l'emploi

Mis à jour à 16:51 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street baissait vendredi midi, digérant le rapport mensuel américain sur l'emploi.

Titres en action: Magna International, Sun Life, Héroux-Devtek, Goldman Sachs...

Mis à jour à 16:16 | AFP

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

COVID-19: Second Cup ferme davantage de cafés

Second Cup tente de s’ajuster au coup porté par la pandémie de COVID−19.