De la pénurie d'emplois... à la pénurie de main-d'oeuvre !

Publié le 25/09/2010 à 00:00, mis à jour le 23/09/2010 à 15:57

De la pénurie d'emplois... à la pénurie de main-d'oeuvre !

Publié le 25/09/2010 à 00:00, mis à jour le 23/09/2010 à 15:57

Par Claudine Hébert

Plus de 8 000 postes seront à pourvoir en Gaspésie au cours des quatre prochaines années, surtout en raison des départs à la retraite, selon Emploi-Québec. " Nous sommes passés de la pénurie d'emplois... à une pénurie de main-d'oeuvre ", dit Marc Groleau, directeur de l'organisme pour la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

M. Groleau rappelle que sa région part de très loin. " Non seulement la Gaspésie guérit ses plaies, mais la guérison lui donne une toute nouvelle vigueur ", note-t-il.

La région affiche peut-être encore les pires statistiques de la province en matière de chômage et de revenus, mais la péninsule a amorcé sa remontée.

Ce n'est pas encore tout à fait le temps des ballons et de la fanfare. N'empêche que les indices économiques en donnent un avant-goût. À commencer par le taux de chômage annuel qui diminue sensiblement depuis trois ans. Il est passé de 17,3 %, en 2008, à 15,6 %, à la fin de 2009. " Et le taux annuel de 2010 pourrait bien clôturer tout près de 14 % ", souligne l'économiste Faoziat Akanni du bureau régional d'Emploi-Québec de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

Même le porte-monnaie des Gaspésiens s'épaissit. Depuis 2007, le revenu personnel disponible par habitant franchit la barre des 20 000 $ par an. Aux dernières statistiques, il se situait à 21 022 $. Bien que ce montant soit inférieur de 18 % à celui du Québec, il s'agit néanmoins de la troisième hausse d'affilée.

Et les bonnes nouvelles continuent. La région compte actuellement 34 000 emplois. " Il faut retourner à la fin des années 1980 pour obtenir une donnée semblable ", rapporte M. Groleau.

Épargné par la récente récession, le territoire gaspésien a profité d'un dynamisme attribuable à son économie diversifiée. Les pertes d'emplois liées aux fermetures d'industries lourdes se résorbent. " L'éolien a généré plus de 500 emplois, idem pour la création des centres d'appels. Même la pêche a diversifié ses activités, ce qui a eu pour résultat d'allonger les saisons des travailleurs, en plus de créer une centaine d'emplois ", énumère-t-il.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

La cadence annuelle des mises en chantier hausse de 16% en juillet

Il y a 51 minutes | La Presse Canadienne

Le taux annualisé et désaisonnalisé des mises en chantier a atteint 245 604 unités en juillet.

À surveiller: Cominar, Couche-Tard et Power Corporation

Que faire avec les titres de Cominar, Couche-Tard et Power Corporation? Voici quelques recommandations d'analystes.

Le Québec a perdu 450 000 emplois en quatre mois

L’industrie des services d’hébergement et de restauration a connu une baisse de près de 100 000 emplois.