Renée Chamberland, la battante

Publié le 27/03/2010 à 00:00

Renée Chamberland, la battante

Publié le 27/03/2010 à 00:00

Par Claudine Hébert

Renée Chamberland, dans son atelier. Photo: Claudine Hébert.

Renée Chamberland refuse de baisser les bras face à la concurrence. Après avoir survécu à trois récessions, cette ébéniste d'Armagh non seulement protège son fort, mais elle en défend jalousement la tradition vieille de 80 ans.

Confrontée à l'arrivée des meubles asiatiques de bois plaqué et de mélamine, la propriétaire de Meubles Chamberland refuse d'abandonner sa production artisanale de mobiliers en merisier massif. " Des meubles solides aux pattes vissées, collées et cointées, fabriqués pour traverser les décennies", précise-t-elle en entrevue.

Fondé en 1930 par le grand-père de Mme Chamberland, Meubles Chamberland emploie trois personnes. " C'est moins que par le passé ", dit l'artisane de 53 ans, qui souhaite qu'un jour, les 17 postes de son atelier soient de nouveau comblés.

L'entreprise est connue pour sa fabrication de chaises de tout genre. Elle a été mandatée par le comité organisateur du 400e anniversaire de la ville de Québec pour confectionner les 3 000 chaises berçantes de collection de l'événement.

Changement de vocation

L'atelier des Chamberland a toujours été un sous-traitant des manufacturiers de mobilier de la région. Du moins, jusqu'à ce que son plus important client ferme boutique, en 2007. La femme d'affaires a décidé de voler de ses propres ailes. " La commercialisation est plus ardue, mais c'est plus agréable ", confie-t-elle.

Pourtant, ce qui fait croire à Renée Chamberland qu'elle a raison de poursuivre sa bataille, ce sont tous ces professionnels en aménagement intérieur de la région de Québec qui viennent depuis trois ans dans son atelier.

Dans la foulée du développement durable qui encourage l'achat local, ces designers et ces architectes sont tous en quête de mobiliers uniques pour décorer les restaurants, hôtels et autres commerces branchés. " Ce qu'ils cherchent, ils le trouvent chez-nous ! "

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

À la une

Commerce en Asie: ne misons pas tout sur la Chine

07/12/2019 | François Normand

ANALYSE - Exporter, c’est un peu comme investir à la Bourse : il ne faut pas tout mettre ses œufs dans le même panier.

Michel Letellier, ancré dans la collectivité

Édition du 07 Décembre 2019 | François Normand

PDG DE L’ANNÉE – MOYENNE ENTREPRISE. Michel Letellier est assez unique au Québec.

Voici de quoi sont faits les PDG de l'année «Les Affaires»

04/12/2019 | Catherine Charron

BALADO. Prenez des notes. Qui sait, ça pourrait être vous l'an prochain...