Quand papa continue de s'accrocher...

Publié le 30/04/2011 à 00:10, mis à jour le 31/05/2011 à 09:39

Quand papa continue de s'accrocher...

Publié le 30/04/2011 à 00:10, mis à jour le 31/05/2011 à 09:39

Par Claudine Hébert
Cette situation a d'ailleurs poussé Martin Rousseau à claquer la porte en 2000 pour aller diriger le bureau de vente canadien de Lely, un fabricant hollandais de machinerie agricole automatisée pour la traite des vaches. " J'avais besoin d'aller ailleurs, de mettre en pratique ma vision des affaires, de développer mes capacités de gestionnaire, et surtout de bâtir ma confiance en moi ", souligne l'ingénieur mécanique, qui ne regrette pas du tout cet entracte de six ans.

Retour au bercail

En 2006, la porte de Rovibec s'est rouverte. " Des adjoints de mon père m'ont contacté pour que je revienne. L'entreprise commençait à réaliser ses premières ventes en Europe, un projet que j'avais toujours rêvé de superviser. Et, personnellement, je savais que ma vraie place avait toujours été ici ", raconte-t-il. L'exercice s'est tout de même révélé un retour à la case départ. Même papa, mêmes confrontations... " Néanmoins, j'avais beaucoup plus d'alliés adhérant à ma vision ", précise celui qui prévoit doubler le chiffre d'affaires d'ici cinq ans.

Le fils a toujours été convaincu que la rentabilité et la profitabilité de Rovibec étaient tributaires d'une hausse de l'exportation de ses robots d'alimentation en Europe et en Asie. Deux continents où l'on trouve la clientèle cible : des milliers de fermes élevant un troupeau de taille moyenne (de 50 à 500 têtes). Juste en France, on compte plus de 30 000 fermes laitières, soit cinq fois plus qu'au Québec.

Il reste maintenant à définir le rachat des parts et le financement du plan d'expansion qui se traduira par un agrandissement ou un déménagement. Martin Rousseau prévoit donc encore de bonnes discussions avec son père... Pour sa part, le fils a décidé de prendre le taureau par les cornes : il commencera à planifier sa propre relève d'ici 10 ans, histoire de ne pas se retrouver dans la même situation...

QUESTIONS EN RAFALE

Âge du vendeur : 69 ans

Âge du repreneur : 41 ans

Raison de la vente : Semi-retraite du vendeur

Chiffre d'affaires (au moment de la vente) : - 10 M$

Bilan (après la vente) : n.d.

Secteur d'activité : Fabrication de machinerie agricole pour l'alimentation des troupeaux

Marchés : Canada, Japon et Europe

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

À la une

Comment croître grâce à la dette?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. Toutes les dettes ne sont pas néfastes pour votre entreprise. Voici comment séparer le bon grain du mauvais:

Comment peut-on amadouer le crédit?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. La crise de la COVID-19 crée un stress financier important sur les entreprises.

Le plan d'affaires est-il essentiel au démarrage d'une entreprise?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. On ne «construit pas les pyramides sans avoir déjà construit un château de sable».