Quand papa continue de s'accrocher...

Publié le 30/04/2011 à 00:10, mis à jour le 31/05/2011 à 09:39

Quand papa continue de s'accrocher...

Publié le 30/04/2011 à 00:10, mis à jour le 31/05/2011 à 09:39

Par Claudine Hébert

Le fondateur de Rovibec Agrisolutions, Victor Rousseau, entouré de ses fils Nicolas (à gauche) et Martin. [Photo : Claudine Hébert]

Comment établir un transfert aux yeux des employés lorsque le fondateur de l'entreprise, en l'occurrence le père qui se retire graduellement, ne peut s'empêcher, de temps en temps, de mettre encore son grain de sel dans les affaires courantes ?

" Il faut de la patience. Beaucoup de patience ", avoue Martin Rousseau, directeur général de Rovibec Agrisolutions, de Sainte-Monique-de-Nicolet, depuis 2009. " Il faut également s'entourer de collaborateurs compréhensifs et respectueux face à cette situation délicate. "

D'ici la fin de l'année, Martin Rousseau, 41 ans, deviendra officiellement propriétaire de cette entreprise familiale de machinerie agricole automatisée pour l'alimentation des troupeaux, créée par son père, Victor, en 1976.

Toujours très actif à 69 ans, celui-ci prend la tête du nouveau département de recherche et développement, tel que prévu dans le plan de relève. Le benjamin de la famille, Nicolas, 29 ans, qui travaille aussi dans l'entreprise, hérite du poste de directeur des ventes de la nouvelle division de Rovibec, Milkomax. La direction de cette unité, qui commence la commercialisation d'un robot de traite révolutionnaire pour les fermes laitières, a été confiée à un cousin de la famille, Daniel Rousseau.

Aller voir ailleurs

Ce transfert de pouvoirs, qui s'effectue avec la collaboration d'une firme comptable de Québec, est en route depuis deux ans. " Il aurait dû être planifié depuis au moins l'année 2000 ", soutient le repreneur, qui attend depuis longtemps le feu vert pour entamer une expansion de la PME de 60 employés. " Mon père, c'est un créateur, un concepteur, un passionné qui s'inspire des besoins des agriculteurs. Il passe ses vacances d'été à se promener avec sa caravane pour visiter des fermes. Ce qui a joué en faveur de la réussite de l'entreprise. Toutefois, les notions de gestion et de croissance ne sont pas ses principales forces ", admet Martin Rousseau.

Le chiffre d'affaires de Rovibec fait du surplace depuis quelques années sous la barre des 10 millions de dollars. Pourtant, de nouveaux produits se sont ajoutés, et le développement du marché international représente, depuis cinq ans, plus de 25 % des ventes.

À la une

Les entreprises doivent se préparer à l’indépendance de l’Écosse

14/05/2021 |

ANALYSE. La victoire des indépendantistes le 6 mai et le Brexit favorisent une victoire du «oui» lors d'un référendum.

Charl-Pol: loin des grosses mains de Jos Tremblay

14/05/2021 | Emmanuel Martinez

L’entreprise Charl-Pol, de Saguenay, a cent ans.

CPQ: la pandémie n'a pas gommé la pénurie de main-d'oeuvre

Mis à jour le 12/04/2021 | Catherine Charron

L'immigration est la solution que souhaitent privilégier les entreprises sondées.