L'immigration au secours des employeurs

Publié le 20/03/2010 à 00:00

L'immigration au secours des employeurs

Publié le 20/03/2010 à 00:00

Par Pierre Théroux

Babakar-Pierre Touré, directeur général du SOIIT. Photo: Martin Martel

Les entreprises de la Capitale-Nationale se tournent de plus en plus vers les immigrants pour combler leurs besoins en main-d'oeuvre. " Certains employeurs sont encore réticents et craignent les différences culturelles. Ils se demandent si un futur employé devra s'absenter souvent pour aller à la mosquée ", note Babakar-Pierre Touré, fondateur et directeur général du Service d'orientation et d'intégration des immigrants au travail (SOIIT).

S'il y a encore des préjugés, particulièrement à l'égard des minorités visibles, la situation s'améliore, selon M. Touré. " Il y a un mur d'indifférence qui est en train de s'écrouler ", note le Québécois d'origine sénégalaise arrivé au début des années 1970 pour étudier la linguistique anglaise, puis le journalisme à l'Université Laval.

Ce changement est notamment attribuable à la nouvelle génération d'entrepreneurs, plus jeunes et davantage ouverts sur le monde. Ces employeurs ont beaucoup voyagé et ils ont déjà été en contact avec d'autres nationalités, explique M. Touré.

Aussi, la rareté de la main-d'oeuvre incite les entreprises à explorer d'autres pistes pour faire face à la situation. " L'immigration ne réglera pas à elle seule la pénurie de main-d'oeuvre, mais elle peut sûrement contribuer à l'atténuer ", croit-il. Selon l'organisme, le taux de satisfaction des entreprises de la région qui ont embauché des immigrants s'élève à plus de 80 %.

Des immigrants... de Montréal !

Créé en 1985, le SOIIT accueille chaque année quelque 700 personnes dans ses bureaux du quartier Saint-Roch. Sa clientèle vient d'Afrique, et elle est principalement d'origine maghrébine (38 %), de l'Europe (36 %) et du continent américain, y compris les Antilles (18 %).

La plupart d'entre eux ont entre 18 et 35 ans et sont scolarisés; les deux tiers ont fait des études universitaires.

Et ces immigrants viennent de plus en plus... de Montréal ! Des missions de recrutement, à quelque 200 km de Québec, ont permis au cours des trois dernières années de recruter plus de 200 personnes pour combler autant d'emplois. Un apport indéniable à l'économie régionale.

" Nous faisons du recrutement ciblé, avec des entreprises particulières, pour combler des postes précis ", dit M. Touré. L'organisme se tient aussi à l'affût des stages et des emplois disponibles pour favoriser les jumelages entre travailleurs et employeurs.

Le SOIIT profite notamment du soutien du ministère de l'Immigration du Québec, de la Ville de Québec et des commissions scolaires de la région.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Le Québec brille à l'international dans les poudres métalliques

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. En matière de fabrication additive, l'un des points forts du Québec les plus souvent évoqués est...

La COVID-19 a stimulé la demande de fabrication additive

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. C'est l'une des belles histoires positives qui apportent un peu de contraste à cette sombre crise.

Le grand défi de l'adoption de la fabrication additive

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. Avec 35 % des ventes mondiales, les États-Unis représentent le premier marché pour la fabrication...