Relève : privilégier les compétences plutôt que les liens familiaux

Publié le 12/10/2010 à 00:00, mis à jour le 13/02/2011 à 21:34

Relève : privilégier les compétences plutôt que les liens familiaux

Publié le 12/10/2010 à 00:00, mis à jour le 13/02/2011 à 21:34

Par Claudine Hébert

Daniel Drapeau. de Miralis [Photo : Claudine Hébert]

Le lien familial n'est pas le seul chemin menant au siège de directeur général, comme le prouve l'histoire de Miralis, un fabricant d'armoires de cuisine, de portes en bois, en thermoplastique et en polyester de Saint-Anaclet.

Après avoir sélectionné cinq candidats pour lui succéder, dont son fils Philippe, Jean-Paul Lauzier choisit finalement Daniel Drapeau. Le fondateur de Miralis a misé sur les compétences de gestion avant les liens familiaux.

Cette décision, qui aurait pu se révéler dramatique, a été bien accueillie par Philippe Lauzier, qui est demeuré au sein de l'entreprise à titre d'ingénieur industriel. Il est aussi membre de la direction et fait partie du groupe des cinq actionnaires qui ont racheté la société. Outre M. Drapeau et lui, ce club des cinq, dont l'âge moyen se situe sous la barre des 40 ans, comprend Donald Brisson, Harold Bélanger et Simon Gauthier.

Ingénieur physicien de formation, M. Drapeau savait qu'il avait la fibre entrepreneuriale, mais il ne s'attendait pas à diriger une entreprise manufacturière. Il savait, par contre, qu'il souhaitait un jour revenir dans son patelin (il est originaire de Rimouski) après avoir pris un peu d'expérience. " C'est un de mes amis qui m'a indiqué que Miralis cherchait à pourvoir un poste de haute direction. M. Lauzier, qui avait déjà entamé le processus de relève, m'a tout de suite embauché ", raconte le jeune gestionnaire de 36 ans.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Ottawa lance un Programme de récupération d’aliments excédentaires

Au total, environ 12 millions de kilos d’aliments seront redistribués, du poisson à la volaille en passant par les œufs.

À surveiller: Savaria, Metro et Dollarama

Que faire avec les titres de Savaria, Metro et Dollarama? Voici quelques reommandations d'analystes.

Nike, Adidas et Puma perdent des milliards à cause de la COVID-19

CHRONIQUE. La «machine à cash» s'est grippée d'un coup d'un seul. Le déconfinement la sauvera-t-elle?