Poutine rassure sur l'inflation et annonce une hausse des prestations sociales

Publié le 25/05/2022 à 08:21, mis à jour le 25/05/2022 à 11:56

Poutine rassure sur l'inflation et annonce une hausse des prestations sociales

Publié le 25/05/2022 à 08:21, mis à jour le 25/05/2022 à 11:56

Par AFP

8h02 | Moscou — La Russie remboursera sa dette en roubles, a indiqué mercredi le ministère russe des Finances, les États-Unis ayant décidé de mettre fin à partir de mercredi à une exemption permettant à Moscou de payer ses dettes en dollars.

«Étant donné que le refus de prolonger cette licence rend impossible de continuer à honorer la dette extérieure en dollars, les remboursements se feront en devise russe avec la possibilité de les convertir ensuite en devise originale via le National Settlement Depository (NSD) qui servira d'agent payeur», affirme le ministère dans un communiqué.

Le NSD est un organisme russe centralisé chargé du dépôt des titres financiers échangés dans le pays. 

«Le ministère russe des Finances, en tant qu'emprunteur responsable, assure de sa volonté de continuer à honorer et rembourser toutes ses obligations financières», souligne le communiqué.

«La situation actuelle n'a rien de commun avec la situation de 1998, quand la Russie n'avait pas assez de fonds pour rembourser ses dettes», a déclaré le ministre des Finances Anton Silouanov, cité dans le communiqué. «Aujourd'hui, nous avons l'argent, et la volonté de payer est là aussi».

«Cette situation créée artificiellement par un pays inamical n'aura pas d'effet sur la vie des Russes», a-t-il assuré.

Mardi, le Trésor américain a annoncé avoir décidé de mettre fin à partir de 00h01 mercredi, heure de Washington, à une exemption permettant à Moscou de payer ses dettes en dollars.

En place depuis le début des sanctions occidentales contre la Russie, en représailles à la guerre en Ukraine, cette exemption avait permis à Moscou d'échapper au défaut de paiement.

Elle avait été décidée par Washington pour «permettre une transition ordonnée et aux investisseurs de vendre leurs titres», avait expliqué la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen la semaine dernière.

La ministre de Joe Biden avait alors indiqué que cette exemption prendrait «probablement» fin.

La mesure de Washington prend effet deux jours avant la prochaine échéance de paiement pour Moscou, qui porte sur un peu plus de 100 millions de dollars américains d'intérêts sur deux obligations.

Selon le Wall Street Journal citant l'agence de presse russe officielle Tass, les autorités se seraient toutefois déjà acquittées du paiement de ces intérêts.

Outre l'échéance du 27 mai, le gouvernement russe doit encore honorer 12 paiements d'ici la fin de l'année.

La Russie ne pouvait déjà plus rembourser sa dette avec des dollars détenus dans des banques américaines, dans le cadre des sanctions renforcées prises par les États-Unis le 5 avril.

La gouverneure de la banque centrale russe, Elvira Nabioullina, avait reconnu le 29 avril que Moscou était confrontée à des «difficultés de paiements», mais elle s'était refusée à parler de défaut de paiement potentiel.

La dette extérieure de la Russie représente, selon son ministère des Finances, environ 4 500 à 4 700 milliards de roubles (quelque 78 à 81 G$ US au taux actuel), soit 20% de la dette publique totale.

 

Pétrole russe: l'UE se dit «confiante» pour un accord avant le Conseil européen lundi

08h01 | Stockholm — Le président du Conseil européen Charles Michel a affirmé mercredi rester «confiant» en un accord sur un embargo de l'UE sur le pétrole russe d'ici au début du Conseil européen lundi, malgré le blocage hongrois.

«Je suis toujours confiant dans notre capacité à résoudre la question avant le Conseil européen» prévu lundi et mardi à Bruxelles, a affirmé le dirigeant de l'UE lors d'une visite à Stockholm.

«Cela nécessite beaucoup de dialogue, beaucoup d'efforts culturels. Et nous travaillons très dur pour être capables de rester unis (…), mais aussi pour prendre des décisions pour casser la machine de guerre russe», a-t-il dit lors d'une conférence de presse avec la première ministre suédoise Magdalena Andersson.

L'Allemagne et la France — qui assure la présidence tournante européenne — avaient assuré mardi que le blocage de Budapest pouvait encore être surmonté dans les prochains jours, contredisant le premier ministre Viktor Orban jugeant lui un accord «très improbable».

«Je suis réaliste, je sais qu'il y a des difficultés», a affirmé Charles Michel mercredi, tout en disant «faire de son mieux» pour pouvoir «proposer de possibles solutions» en vue de la réunion extraordinaire des 27 à Bruxelles.

Dans une lettre adressée lundi au président du Conseil européen, Viktor Orban avait affirmé que son pays n'était «pas en position d'accepter» le sixième paquet de sanctions contre la Russie «tant que les négociations n'auront pas abouti à résoudre toutes les questions en suspens».

Pays enclavé, sans accès à la mer, la Hongrie dépend du pétrole acheminé de Russie par l'oléoduc Droujba et redoute le renchérissement de sa facture pétrolière en cas d'embargo des 27.

Budapest juge insuffisante la proposition d'une dérogation de deux années pour mettre en œuvre l'embargo pétrolier qui lui est offerte avec la Slovaquie et la République tchèque. 

La Hongrie a demandé au moins quatre ans et près de 800 millions d'euros en financements européens pour adapter ses raffineries et augmenter la capacité de l'oléoduc Adria qui vient de Croatie.

 

Ukraine: Bruxelles veut faciliter la confiscation d'avoirs d'oligarques russes

7h06 | Bruxelles — La Commission européenne a présenté mercredi des propositions législatives pour faciliter une confiscation des avoirs d'oligarques russes sur liste noire et harmoniser la répression dans l'UE de la violation des sanctions décidées en réponse à la guerre en Ukraine.

Selon un projet de directive, une confiscation des avoirs serait possible pour les individus et entités qui contournent ou tentent de contourner les sanctions, en plus de ceux qui sont engagés dans des activités criminelles (blanchiment, corruption…).

L'argent ainsi confisqué serait versé «sur un fonds commun pour aider l'Ukraine», a expliqué le commissaire européen à la Justice Didier Reynders lors d'une conférence de presse.

Il a ajouté que dans l'UE, 10 milliards d'euros d'avoirs de personnalités sanctionnées ont été gelés, et 200 milliards d'euros de transactions ont été bloqués.

Bruxelles a aussi proposé d'ajouter la violation des sanctions à la liste des eurocrimes afin d'unifier la réponse pénale des Vingt-Sept, actuellement disparate, et de faciliter les poursuites judiciaires.

Douze États membres considèrent la violation des sanctions comme une infraction pénale. Dans 13 autres, elle est de nature pénale ou administrative en fonction de sa gravité. Elle ne relève que de sanctions administratives dans les deux restants.

Les peines — emprisonnement ou amendes — varient aussi d'un pays à l'autre.

La confiscation et la liquidation des avoirs russes sont réclamées par l'Ukraine, afin de financer sa reconstruction. Les États-Unis et le Canada se sont déjà engagés dans cette voie.

Cette idée, défendue notamment par les pays baltes et la Pologne, a été soutenue par le président du Conseil européen Charles Michel et le chef de la diplomatie Josep Borrell, et sera discutée au sommet extraordinaire des 30 et 31 mai. Mais elle suscite aussi la prudence, notamment de l'Allemagne, face aux obstacles juridiques d'une telle mesure qui touche à la propriété privée.

Sur le même sujet

L’Italie prendra-t-elle un virage « illibéral »?

ANALYSE. L'élection législative de dimanche pourrait porter au pouvoir un parti issu de la nostalgie mussolinienne.

Les banques canadiennes ont le droit de partager des informations avec les États-Unis

La Cour d’appel fédérale a confirmé la constitutionnalité de la loi sur le partage d'informations avec les États-Unis.

À la une

L’Italie prendra-t-elle un virage « illibéral »?

ANALYSE. L'élection législative de dimanche pourrait porter au pouvoir un parti issu de la nostalgie mussolinienne.

En face du ou de la prochain.e premier.ère ministre

Édition du 21 Septembre 2022 | Les Affaires

Si le ou la prochain.e premier.ère ministre du­ Québec était en face de vous, quel sujet serait votre priorité?

Qui est le gagnant du «Débat des chefs» pour les lecteurs de Les Affaires?

23/09/2022 | Les Affaires

Un lecteur a souligné que «l’auditeur» était le gagnant de l’exercice.