Ukraine: expulsions massives de diplomates russes de France et d'Allemagne

Publié le 04/04/2022 à 09:40, mis à jour le 04/04/2022 à 15:12

Ukraine: expulsions massives de diplomates russes de France et d'Allemagne

Publié le 04/04/2022 à 09:40, mis à jour le 04/04/2022 à 15:12

11h29 | Francfort — L’État allemand va prendre le contrôle temporaire de la filiale allemande du géant russe Gazprom, en raison de son «importance pour l'approvisionnement» en énergie de l'Allemagne, a annoncé le ministre de l'Économie Robert Habeck.

L'agence fédérale des réseaux va devenir jusqu'au 30 septembre l'administrateur de «Gazprom Germania» dont Gazprom était l'unique propriétaire. 

Or le groupe avait annoncé vendredi son «retrait» de cette filiale, sans immédiatement indiquer de repreneur, créant un flou sur l'avenir de l'entité en plein conflit autour du gaz russe.

Les filiales de Gazprom sont les opérateurs d'importantes infrastructures de stockage de gaz et de carburants en Allemagne. Gazprom Germania détient à son tour plusieurs filiales au Royaume-Uni, en Suisse et en République tchèque.

«Le gouvernement fait ce qui est nécessaire pour assurer la sécurité d'approvisionnement en Allemagne, et ceci inclut de ne pas exposer les infrastructures d'énergie à des décisions arbitraires du Kremlin», a expliqué M. Habeck lors d'une conférence de presse.

«Les droits de vote des propriétaires de Gazprom Germania sont transférés à l'agence fédérale des réseaux», la Bundesnetzagentur, qui «peut prendre toutes les décisions nécessaires pour garantir l'approvisionnement», a détaillé le ministre.

Vendredi, le géant russe avait annoncé dans un communiqué avoir «mis fin le 31 mars à sa participation dans Gazprom Germania et l'ensemble des actifs de celle-ci» sans détailler la nouvelle structure de propriété.

Berlin dit toutefois avoir «eu connaissance» d'une acquisition de l'entreprise par des entités aux «origines incertaines», qui aurait dû être signalée au gouvernement, et d'une «volonté de liquidation» de Gazprom Germania.

Cette «incertitude sur la propriété» de Gazprom Germania et la nécessité de «garantir la sécurité de l'approvisionnement» en énergie du pays a poussé le ministère à prendre cette mesure exceptionnelle

 

Ukraine: Biden veut un «procès pour crimes de guerre» après Boutcha

11h25 | Washington — Le président américain Joe Biden a déclaré lundi vouloir un «procès pour crimes de guerre» après la découverte de nombreux corps portant des vêtements civils à Boutcha, dans les environs de Kiev, mais a estimé qu'il ne s'agissait pas d'un «génocide».

«Nous devons rassembler les informations» et «nous devons avoir tous les détails» pour «avoir un procès pour crimes de guerre», a-t-il dit.

Interrogé pour savoir s'il pensait qu'il s'agissait là d'un «génocide», il a dit: «Non, je pense que c'est un crime de guerre».

Le président américain a également assuré qu'il voulait prendre «des sanctions supplémentaires» contre la Russie.

«Vous vous souvenez peut-être que j'ai été critiqué pour avoir appelé Poutine un +criminel de guerre+. Hé bien la vérité (…) c'est qu'il est un criminel de guerre», a-t-il encore déclaré.

«Ce gars est brutal, ce qui se passe à Boutcha est scandaleux et tout le monde l'a vu», a dit Joe Biden.

«Il faut qu'il rende des comptes», a-t-il encore lancé à la presse, en arrivant à Washington après un week-end dans sa résidence familiale du Delaware.

Le président Volodymyr Zelensky s'est rendu lundi à Boutcha et il y a accusé l'armée russe de «crimes de guerre» qui seront «reconnus comme un génocide».

Cette petite ville au nord-ouest de Kiev a été occupée par l'armée russe dès le 27 février, restant inaccessible pendant plus d'un mois.

L'AFP y a vu samedi les cadavres d'au moins 22 personnes portant des vêtements civils dans des rues. L'une d'elles était couchée près d'un vélo et une autre avait des sacs à provisions à côté d'elle. Un cadavre avait les mains liées dans le dos.

On ne pouvait dans l'immédiat déterminer la cause de leur mort, mais deux personnes présentaient une large blessure à la tête.

Moscou a pour sa part démenti avoir tué des civils à Boutcha, le Kremlin et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov évoquant des «falsifications» et mises en scène à destination de la presse.

 

La Russie et la Biélorussie privées d'accès aux fonds de la Berd

6h59 | Londres — La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) a annoncé lundi «suspendre avec effet immédiat» l'accès de la Russie et de la Biélorussie à ses financements et à son expertise, dans la foulée de l'invasion en Ukraine.

Cette décision «signifie qu'il ne peut y avoir de nouveaux financements de projets ou d'activités de coopération technique» de la Berd en Russie ou en Biélorussie, a précisé l'institution dans un communiqué.

La banque, qui avait déjà annoncé être en train de fermer ses bureaux à Moscou et à Minsk, indique qu'elle «se réserve le droit de suspendre ou d'annuler de nouveaux versements de financements sur des projets existants».

Cette annonce est intervenue alors que l'Union européenne discutait lundi de sanctions supplémentaires contre Moscou, après la découverte d'un grand nombre de corps de civils dans la région de Kyiv, notamment à Boutcha, après le retrait russe.

«Il est triste d'en être arrivé là après tant d'années de coopération et d'activité dans ces deux pays», a commenté Odile Renaud-Basso, présidente de la Berd, citée dans le communiqué. «Mais la guerre menée par la Russie contre l'Ukraine ne nous a laissé d'autre choix que de condamner avec davantage que des mots», a-t-elle ajouté.

La Berd dit se concentrer désormais sur le déploiement d'un programme de soutien de 2 milliards d'euros à l'Ukraine et aux pays de la région directement touchés par la crise des réfugiés, annoncé début mars.

La banque s'est aussi engagée à participer à un programme de reconstruction de l'Ukraine dès que les conditions le permettront.

L'institution avait averti la semaine dernière que la guerre faisait peser sur l'économie mondiale le risque de se trouver confrontée au «plus fort choc d'approvisionnement depuis au moins le début des années 1970».

Selon elle, l'économie de l'Ukraine devrait se contracter de 20% cette année à cause de l'invasion du pays par la Russie, qui verra de son côté son PIB plonger de 10% — en partant du principe qu'un arrêt des hostilités sera décidé sous quelques mois, suivis d'un effort majeur de reconstruction de l'Ukraine.

D'après ce scénario, l'économie de l'Ukraine devrait rebondir de 23% l'an prochain, tandis que le PIB de la Russie, qui devrait encore subir des sanctions, devrait tout juste se stabiliser avec une croissance nulle.

La Berd a été fondée en 1991 pour aider les pays de l'ex-bloc soviétique à passer à une économie de marché, mais elle a depuis étendu son périmètre pour inclure des pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord.

À la une

Déconstruire les vieux mythes

BLOGUE INVITÉ. En achetant Clearwater Seafoods, les Mi’kmaq ont montré qu’ils savent brasser des affaires.

Les objectifs d’Equinor, BP et Shell «incompatibles» avec l’accord de Paris

13:30 | AFP

Les scénarios parviennent pas à limiter le réchauffement et dépasseraient largement la limite de 1,5 °C.

Stations de ravitaillement d’hydrogène: la Québécoise Charbone conclut une entente

Charbone a donné en juin le premier coup de pelle de la construction de son usine d’hydrogène vert à Sorel-Tracy.