Le G7 condamne les «référendums fictifs» russes en Ukraine

Publié le 23/09/2022 à 15:28, mis à jour le 23/09/2022 à 15:31

Le G7 condamne les «référendums fictifs» russes en Ukraine

Publié le 23/09/2022 à 15:28, mis à jour le 23/09/2022 à 15:31

Par AFP

Les leaders du G7 ont qu'ils ne reconnaîtront «jamais» ces scrutins «illégitimes». (Photo: Getty Images)

Ce texte regroupe tous les derniers développements depuis l'invasion de la Russie en Ukraine pour la journée du 23 septembre 2022. Il sera mis à jour au courant de la journée. Pour retrouver toute notre couverture sur le conflit, c'est ici. NDLR: Certains contenus peuvent être difficiles à lire. 

Berlin — Les leaders du G7 ont «fermement condamné» vendredi les «référendums fictifs» d'annexion organisés par la Russie dans les territoires qu'elle occupe en Ukraine, ajoutant qu'ils ne reconnaîtront «jamais» ces scrutins «illégitimes».

«Nous ne reconnaîtrons jamais ces référendums qui semblent être un pas vers une annexion russe» ni «une prétendue annexion si elle a lieu», ont-ils affirmé dans un communiqué diffusé par l'Allemagne qui assure la présidence du G7 (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) cette année.

Et «nous appelons tous les pays à rejeter sans équivoque ces référendums fictifs», ont-ils ajouté.

Moscou veut «créer un faux prétexte pour changer le statut du territoire souverain ukrainien, qui fait l'objet d'une agression russe en cours» et «ces actions violent clairement la Charte des Nations Unies et le droit international», selon eux.

Pour le G7, «ces simulacres de référendums (…) n'ont ni effet juridique ni légitimité, comme en témoignent les méthodes d'organisation hâtives de la Russie, qui ne respectent en rien les normes démocratiques, et son intimidation flagrante des populations locales».

«Ces référendums dans des zones placées de force sous le contrôle temporaire de la Russie ne représentent en aucun cas une expression légitime de la volonté du peuple ukrainien, qui a constamment résisté aux efforts russes visant à modifier les frontières par la force», ont encore dénoncé les leaders du G7.

Jeudi, les ministres des Affaires étrangères du G7, ainsi que le chef de la diplomatie de l'Union européenne, Josep Borrell, avaient condamné «l'escalade» de Moscou dans le conflit en Ukraine, à l'issue d'une rencontre en marge de l'Assemblée générale des Nations unies à New York.

Et en particulier «la mobilisation partielle de réservistes et la rhétorique nucléaire irresponsable» de Moscou.

 

Sur le même sujet

Des fuites sur des gazoducs russes suscitent des inquiétudes quant au sabotage

Mis à jour à 09:53 | La Presse Canadienne

La première ministre danoise Mette Frederiksen a déclaré qu’elle «ne peut pas exclure» un sabotage.

Meta démantèle un réseau de désinformation sur la guerre en Ukraine

08:47 | AFP

Au total, la société dit avoir bloqué 1 633 comptes, 703 pages et un groupe sur Facebook ainsi que 29 comptes Instagram.

À la une

Fonctionnaires fédéraux: Ottawa a déposé de nouvelles offres

Il y a 33 minutes | La Presse Canadienne

Le Conseil du trésor s’est déjà dit prêt à négocier de bonne foi, tout en tenant compte du contexte économique.

Les motos électriques de Harley-Davidson entrent à Wall Street, au ralenti

14:33 | AFP

Harley doit garder 74% de la nouvelle société cotée en Bourse.

La croissance économique du Québec a ralenti au 2e trimestre

Le commerce extérieur a réduit la progression du PIB au deuxième trimestre.