Russie: sans réformes, le pays sombrera dans le «gouffre»

Publié le 27/09/2013 à 06:46

Russie: sans réformes, le pays sombrera dans le «gouffre»

Publié le 27/09/2013 à 06:46

Par AFP

Photo: Bloomberg

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a reconnu vendredi que l'économie russe se portait mal et appelé le pays, «à la croisée des chemins», à prendre des risques pour ne pas sombrer dans le «gouffre».

Dans une longue tribune publiée par le quotidien Vedomosti, intitulée «l'époque des décisions simples est révolue», puis lors d'un discours devant un parterre d'hommes d'affaires à Sotchi, sur les bords de la mer Noire, M. Medvedev a dressé un sombre tableau de la situation économique en Russie.

«Actuellement des conditions externes défavorables affectent notre économie. Ainsi qu'un tas de problèmes non résolus», a-t-il écrit dans Vedomosti, soulignant que les pronostics de croissance étaient «relativement pessimistes».

«La hausse du Produit intérieur brut cette année ne dépassera sans doute pas 2%. Je remarquerai que c'est la première fois depuis 2009 que c'est inférieur à la moyenne de la croissance économique mondiale», constate-t-il.

Selon le chef du gouvernement, il n'est pas rentable de continuer de produire sur une série d'usines et sites vieillissants, de même qu'investir dans de nouveaux grands projets en raison d'une série d'obstacles, tels que les prix élevés de construction.

De fait, la hausse de la production n'est soutenue que par des projets publics, l'octroi de subventions du gouvernement et la hausse des salaires des fonctionnaires, ce qui est possible actuellement grâce à des cours élevés du pétrole.

Mais cette manne pourrait se tarir et «c'est pourquoi il est extrêmement important de trouver des sources de croissance économique hors du secteur public», souligne-t-il.

Dans ce contexte, «nous nous trouvons à la croisée des chemins. La Russie peut avancer tout doucement avec des taux de croissance proches de zéro. Ou bien faire un grand pas en avant», estime M. Medvedev.

«La deuxième voie n'est pas dépourvue de risques. Mais choisir le premier scénario, avec l'illusion de pouvoir conserver ce qui a déjà été acquis, est encore plus dangereux. C'est la voie directe vers la perte. Le chemin vers le gouffre», avertit-il.

La faute à Poutine?

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

Sur le même sujet

Pourquoi Trump gagnera ou perdra en 2020

08/06/2019 | François Normand

ANALYSE - Plusieurs facteurs pourraient faire pencher la balance en novembre 2020, selon Eurasia Group.

Bourse: ce tableau illustre l'argument des investisseurs optimistes

Mis à jour le 28/02/2018 | Stéphane Rolland

Le nombre de pays en récession pourrait toucher un creux dans les deux prochaines années.

À la une

Pourquoi la Chine ne peut pas laisser gagner Hong Kong

19/06/2019 | François Normand

BALADO - La démocratie s'érode à Hong Kong et la Chine communiste avalera un jour l'ancien territoire britannique.

La Fed résiste à la tentation de baisser les taux

Mis à jour le 19/06/2019 | AFP

Malgré les pressions de Donald Trump, la Fed a choisi de garder son taux directeur inchangé entre 2,25% et 2,5%.

Pressée de toutes parts, la Fed n'est pas tout à fait prête mercredi à baisser les taux

19/06/2019 | AFP

La Banque centrale américaine (Fed) devrait encore résister à assouplir sa politique monétaire mercredi.