Le FMI sort renforcé du G20

Publié le 04/11/2011 à 15:39, mis à jour le 17/10/2013 à 08:05

Le FMI sort renforcé du G20

Publié le 04/11/2011 à 15:39, mis à jour le 17/10/2013 à 08:05

Par AFP

Le Fonds monétaire international (FMI) est apparemment sorti renforcé du sommet du G20 à Cannes, avec la promesse de moyens supplémentaires mais non chiffrés, et avec une nouvelle mission au sein la zone euro où il conduira une délicate mission de surveillance de l'Italie.

"Les membres du G20 ont souligné à quel point le rôle du FMI était décisif et devait être encore renforcé", s'est félicitée la directrice générale du fonds, la Française Christine Lagarde.

Pour commencer, le G20 s'est engagé à apporter au FMI toutes les ressources nécessaires pour permettre au fonds de faire face aux crises financières les plus graves. Et cela peut se faire "rapidement si nécessaire", a promis le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, en marge du sommet.

Selon Christine Lagarde, l'institution qu'elle dirige à Washigton a reçu "les ressources adéquates pour remplir son rôle systémique", autrement dit faire face à des crises frappant l'ensemble du système financier mais aussi l'économie réelle. Il s'agit d'une "carte blanche", d'un "engagement sans limite, sans plancher et sans plafond", mais pas d'un "chèque en blanc", a-t-elle cependant prévenu.

Tout le débat cependant porte sur ce que l'on entend par "dotation adéquate". Et ce débat n'a pas été tranché par le G20. Le FMI chiffre pour l'heure à 394 milliards de dollars les ressources qu'il pourrait engager dans les 12 mois à venir.

Mais les Etats-Unis, premiers actionnaires du fonds, sont opposés à une augmentation générale de ses ressources permanentes. A un an de l'élection présidentielle américaine, l'administration Obama ne se fait guère d'illusions sur l'accueil que le Congrès réserverait à une rallonge, inévitablement interprétée comme un chèque à la Grèce.

Le G20 a donc opté pour des contributions ponctuelles et volontaires.

Techniquement, trois options se présenteraient pour renforcer la puissance de frappe de l'institution, selon Herman Van Rompuy. La première serait une série de "contributions bilatérales", la seconde, des émissions de droits de tirage spéciaux (DTS), sorte d'actif de réserve créé par le Fonds, et la troisième, un compte spécifique ouvert à cet effet.

Au terme du sommet du G20, le FMI disposera cependant d'un nouvel outil anti-crises, des "lignes de crédit de précaution et de liquidités".

Ces prêts à court terme devront permettre à des pays, notamment émergents et à l'économie plutôt solide, de faire face dans l'urgence à des chocs sans pour autant être soumis aux programmes formels du FMI et aux conditions strictes qui les accompagnent.

La création de ce nouvel outil, inspiré d'un mécanisme dont avait bénéficié le Mexique et la Pologne, sera soumise dès novembre au Conseil d'administration du FMI, a précisé Christine Lagarde.

Déjà très impliqué dans la résolution des crises financières irlandaise, espagnol ou portugaise, le G20 s'est également vu confier une nouvelle mission par le sommmet de Cannes: placer l'Italie sous surveillance.

Vantant le "savoir-faire" de l'institution, Christine Lagarde a pointé "le manque de crédibilité" des mesures anti-déficit annoncées par Rome, promettant de se montrer "laborieuse, exigeante et rigoureuse".

Le président mexicain, Felipe Calderón, dont le pays assume désormais la présidence du G20, a annoncé de son côté son intention de "renforcer l'architecture financière internationale et particulièrement le rôle du FMI, non seulement dans la prévention des crises, mais aussi en intervenant dans l'actuelle crise européenne".

Le Fonds peut venir en aide à "certaines économies développées, et jamais on n'aurait pensé qu'elles auraient besoin du soutien du FMI", a-t-il déclaré devant la presse.


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre


image

Adjointes administratives

Mercredi 14 octobre


image

Femmes Leaders

Mercredi 21 octobre

À la une

Le commerce de détail aux soins intensifs

BLOGUE INVITÉ. Aldo, Reitmans, Frank & Oak et Groupe Dynamite ne sont que quelques exemples de l’étendue des dommages.

Deuxième vague: Justin Trudeau fera un discours à la nation

Il y a 35 minutes | La Presse Canadienne

Le premier ministre Justin Trudeau fera un discours à la nation mercredi soir.

Unifor conclut une entente avec Ford

Mis à jour à 13:36 | La Presse Canadienne

Les 6300 travailleurs syndiqués de Ford voteront sur l’entente de principe au cours du week-end.