La réticence de l'Allemagne à l'hégémonie nuit à l'Europe

Publié le 13/03/2015 à 21:45

La réticence de l'Allemagne à l'hégémonie nuit à l'Europe

Publié le 13/03/2015 à 21:45

Par François Normand

ANALYSE - De la crise en Ukraine au nucléaire iranien, l'Allemagne joue un rôle de plus en plus important dans les relations internationales. Elle pourrait en faire plus, mais hésite à affirmer sa puissance. Une réticence qui prive l'Europe et le reste du monde d'un acteur de stabilisation de premier plan, disent des analystes.

Plusieurs pays, au premier chef les États-Unis, demandent d'ailleurs aujourd'hui à l'Allemagne d'assumer un plus grand leadership politique dans les relations internationales, sans renoncer pour autant au multilatéralisme et à la coopération avec ses alliés.

Décidé de contenir la montée de la Chine an Asie-Pacifique, Washington a besoin d'aide pour assurer la paix sur le continent européen, alors que la politique de la Russie en Ukraine crée beaucoup d'incertitude en Europe orientale.

Un plus grand leadership politique assumé par l'Allemagne réduirait aussi les risques géopolitiques des investisseurs. Le pays a déjà joué ce rôle de stabilisateur lors de la crise de le dette souveraine dans la zone euro.

Et l'Union européenne?

Malgré son poids économique, l'UE n'est pas une puissance politique au même titre que les États-Unis ou la Chine, car elle n'a pas une politique étrangère cohérente comme un État.

De plus, l'Union ne peut pas projeter sa puissance politique - et militaire - comme peuvent le faire par exemple les États-Unis ou, dans une moindre mesure, la France et le Royaume-Uni.

Mais l'Allemagne, première économie d'Europe et quatrième économie au monde, le pourrait, affirment certains spécialistes.

Comme la Chine, elle est en mesure de traduire en une décennie ou deux sa puissance économique en puissance politique et militaire pour accroître son influence en Europe et dans le monde.

Or, l'Allemagne affiche encore une retenue diplomatique, préférant jouer à fond la carte du multilatéralisme et limiter ses interventions militaires à l'étranger, car le pays a un passé lourd à porter.

De puissance guerrière à puissance pacifique

À la une

Les entreprises doivent se préparer à l’indépendance de l’Écosse

14/05/2021 |

ANALYSE. La victoire des indépendantistes le 6 mai et le Brexit favorisent une victoire du «oui» lors d'un référendum.

Charl-Pol: loin des grosses mains de Jos Tremblay

14/05/2021 | Emmanuel Martinez

L’entreprise Charl-Pol, de Saguenay, a cent ans.

CPQ: la pandémie n'a pas gommé la pénurie de main-d'oeuvre

Mis à jour le 12/04/2021 | Catherine Charron

L'immigration est la solution que souhaitent privilégier les entreprises sondées.