L'Ukraine fait pression sur les troupes russes en retrait

Publié le 13/09/2022 à 08:34, mis à jour le 13/09/2022 à 08:37

L'Ukraine fait pression sur les troupes russes en retrait

Publié le 13/09/2022 à 08:34, mis à jour le 13/09/2022 à 08:37

Par La Presse Canadienne

La vice-ministre ukrainienne de la Défense, Hanna Maliar, a ajouté que Kyiv tentait de persuader encore plus de soldats russes d’abandonner, lançant des obus remplis de dépliants avant leur avance. (Photo: La Presse Canadienne)

Kharkiv — Les troupes ukrainiennes ont fait pression sur les forces russes qui battaient en retraite mardi, intensifiant une contre-offensive qui a produit des gains majeurs et asséné un coup dur au prestige militaire de Moscou.

Il n’était pas encore clair si le blitz ukrainien dans le nord-est, après des mois de mouvement peu perceptible, pouvait marquer un tournant dans la guerre de près de sept mois. Mais les responsables du pays étaient enthousiastes, diffusant des images montrant leurs forces brûlant des drapeaux russes et inspectant des chars calcinés abandonnés. Dans une vidéo, des gardes-frontières ont déchiré une affiche qui disait: «Nous sommes un seul peuple avec la Russie».

Les alliés américains de l’Ukraine, pour leur part, ont pris soin de ne pas déclarer une victoire prématurée puisque le président russe Vladimir Poutine a encore des troupes et des ressources à exploiter.

Pourtant, le Kremlin a eu du mal à répliquer à la défaite, sa plus importante depuis que ses forces ont abandonné une tentative ratée de capturer Kyiv au début de la guerre.

Tard lundi, le président Volodymyr Zelensky a annoncé que ses troupes avaient repris plus de 6000 kilomètres carrés — une superficie plus de deux fois la taille du Luxembourg — en quelques semaines.

«Le mouvement de nos troupes continue», a-t-il déclaré.

Dans la dernière déclaration, les services de garde-frontières ukrainiens ont indiqué que l’armée avait pris le contrôle de Vovchansk — une ville à seulement 3 kilomètres de la Russie saisie le premier jour de la guerre.

Bien que chaque affirmation individuelle de succès militaire n’ait pas pu être vérifiée, la Russie a reconnu avoir retiré ses troupes des zones de la région nord-est de Kharkiv ces derniers jours.

Les rapports de chaos ont abondé alors que les troupes russes se retiraient — ainsi que les affirmations selon lesquelles elles se rendaient en masse. Les responsables ukrainiens ont déclaré avoir capturé tellement de soldats qu’ils avaient du mal à les loger. L’allégation n’a pas pu être vérifiée dans l’immédiat.

La vice-ministre ukrainienne de la Défense, Hanna Maliar, a ajouté que Kyiv tentait de persuader encore plus de soldats russes d’abandonner, lançant des obus remplis de dépliants avant leur avance.

«Les Russes vous utilisent comme chair à canon. Votre vie ne signifie rien pour eux. Vous n’avez pas besoin de cette guerre. Rendez-vous aux forces armées d’Ukraine», indiquaient les dépliants.

Dans une indication du coup porté à Moscou, les services de renseignement britanniques ont précisé qu’une force de premier plan, la 1ère armée de chars de la garde, avait été «gravement dégradée» lors de l’invasion et que «la force conventionnelle russe conçue pour contrer l’OTAN est gravement affaiblie». Il faudra probablement des années à la Russie pour reconstruire cette capacité.

La retraite n’a cependant pas empêché la Russie de marteler les positions ukrainiennes. Tôt mardi, Moscou a bombardé la ville de Lozova dans la région de Kharkiv, tuant trois personnes et en blessant neuf, a déclaré le gouverneur régional Oleh Syniehubov.

Et les responsables ukrainiens ont déclaré que la Russie continuait de bombarder la plus grande installation nucléaire d’Europe, où les combats ont fait craindre une catastrophe nucléaire. La zone de Nikopol, qui se trouve de l’autre côté du Dniepr depuis la centrale nucléaire de Zaporijjia, a été bombardée à six reprises au cours de la nuit, mais aucun blessé n’a été signalé dans l’immédiat, a déclaré le gouverneur régional Valentyn Reznichenko.

Les frappes se sont également poursuivies sans relâche sur la ville de Kharkiv, la deuxième ville d’Ukraine et celle qui a été martelée par l’artillerie pendant des mois.

M. Zelensky a spécifiquement critiqué la Russie pour avoir ciblé les infrastructures énergétiques dans ses attaques des derniers jours. «Des centaines et des milliers d’Ukrainiens se sont retrouvés dans le noir ― sans électricité. Des maisons, des hôpitaux, des écoles, des infrastructures communales (…) des sites qui n’ont absolument rien à voir avec l’infrastructure des forces armées de notre pays.»

Il a dit que cela ne pouvait indiquer qu’une chose: «C’est un signe du désespoir de ceux qui ont organisé cette guerre. C’est ainsi qu’ils réagissent à la défaite des forces russes dans la région de Kharkiv. Ils ne peuvent rien faire face à nos héros sur le champ de bataille.»

La contre-offensive a provoqué de rares critiques publiques de la guerre de M. Poutine. Pendant ce temps, certains de ses défenseurs en Russie ont minimisé l’idée que le succès appartenait à l’Ukraine, blâmant plutôt les armes et les combattants occidentaux pour les pertes. «Ce n’est pas l’Ukraine qui a attaqué Izium, mais l’OTAN», lit-on dans un titre du journal Komsomolskaya Pravda, soutenu par l’État, faisant référence à l’une des zones où la Russie a admis avoir retiré ses troupes.

«Ce n’est pas l’Ukraine qui a attaqué Izium, mais l’OTAN», lit-on dans un titre du journal Komsomolskaya Pravda, soutenu par l’État, faisant référence à l’une des zones où la Russie a admis avoir retiré ses troupes.

Ailleurs, les habitants d’un village russe juste de l’autre côté de la frontière avec l’Ukraine ont été évacués après que les bombardements des troupes ukrainiennes aient tué une personne, selon l’agence de presse russe Tass.

Le rapport cite le chef de l’administration locale de Logachevka, selon qui les troupes ukrainiennes avaient ouvert le feu à un poste de contrôle frontalier.

Sur le même sujet

La dissolution, coup de poker risqué du président Macron

Mis à jour le 09/06/2024 | AFP

Il risque de créer un boulevard à ses opposants politiques.

Européennes: l'extrême droite se renforce, coup de tonnerre en France

Mis à jour le 09/06/2024 | AFP

Les élections européennes, marquées par une poussée de l'extrême droite, ont provoqué un séisme politique en France.

À la une

Un gouvernement du RN menacerait nos entreprises en France

14/06/2024 | François Normand

ANALYSE. Les droites radicale et populiste minent l’économie et le niveau de vie des pays, selon des études empiriques.

Banque du Canada: jusqu'à cinq baisses de taux d'ici juin 2025

14/06/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Les données américaines sur l’inflation pourraient conforter la Banque du Canada dans ses baisses de taux.

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé, mais le Nasdaq enchaîne un 5ème record d'affilée

Mis à jour le 14/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a terminé dans le rouge.