Guerre en Ukraine: la situation sur le terrain au 120e jour

Publié le 23/06/2022 à 09:45, mis à jour le 23/06/2022 à 10:03

Guerre en Ukraine: la situation sur le terrain au 120e jour

Publié le 23/06/2022 à 09:45, mis à jour le 23/06/2022 à 10:03

(Photo: Getty Images)Les armées russes continuent d'avancer et de resserrer leur étau Lyssytchansk et Severodonetsk, villes jumelles industrielles de la région de Lougansk, en partie détruite par les combats d'artillerie.

Ce texte regroupe tous les derniers développements à propos de l'invasion de la Russie en Ukraine pour la journée du 22 juin. Pour retrouver toute notre couverture sur le conflit, c'est ici. NDLR. Certains contenus sont explicites et peuvent être difficiles à lire. 

7h38 | Paris — Les forces ukrainiennes cèdent du terrain, mais continuent de résister pour ne pas lâcher une poche stratégique dans le Donbass (est), alors que l'Union européenne se réunit à Bruxelles en vue d'octroyer le statut de candidat à l'Ukraine.

Les armées russes continuent d'avancer et de resserrer leur étau Lyssytchansk et Severodonetsk, villes jumelles industrielles de la région de Lougansk, en partie détruite par les combats d'artillerie.

Voici un point de la situation jeudi au 120e jour de la guerre, établi à partir d'informations des journalistes de l'AFP sur place, de déclarations officielles ukrainiennes et russes, de sources occidentales, d'analystes et d'organisations internationales.

 

L'est

«Lyssytchansk est sous le feu de tirs d'artillerie et d'attaques aériennes», selon le gouverneur de la région de Lougansk. 

«Ils veulent détruire tout le Donbass, pas à pas. Entièrement. Lyssytchansk, Sloviansk, Kramatorsk… Ils veulent transformer toutes les villes en Marioupol», ville martyre de la guerre, a dénoncé de son côté le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

À Lyssytchansk, une équipe de l'AFP a vu des soldats ukrainiens creuser une tranchée devant servir de poste de tir dans une rue du centre, et ériger des barricades à l'aide de barbelés et de branches.

Les Russes ont conquis entre mercredi et jeudi Loskutivka et Rai-Oleksandrivka, deux localités situées à quelques kilomètres de Lyssytchansk, et attaqué Syrotyne, aux portes de Severodonetsk, a admis jeudi sur Telegram Serguiï Gaïdaï, le gouverneur de Lougansk.

Le ministère britannique de la Défense estime que l'armée de Moscou a avancé de 5 kilomètres vers le sud de Lyssytchansk en cinq jours. «Des unités ukrainiennes se sont retirées, probablement pour éviter d'être encerclées», précise-t-il. Mais les tentatives russes d'encercler plus largement l'ouest de la région de Donetsk restent selon lui inefficaces. 

La résistance ukrainienne «n'a aucun sens, elle est futile. Je pense qu'au rythme où vont nos soldats, très bientôt tout le territoire de la République populaire de Lougansk sera libéré», a dit à l'AFP un représentant des séparatistes prorusses.

 

Le nord-est

À Kharkiv, deuxième ville d'Ukraine, tenue par les Ukrainiens et bombardée quotidiennement, les rues semblaient vidées de leurs habitants mercredi, selon une autre équipe de l'AFP.

 

Le sud

Deux terminaux de stockage de grains ont été touchés par des bombardements russes mercredi dans la ville portuaire de Mykolaïv, ont indiqué à l'AFP leurs opérateurs, les maisons de négoce Bunge et Viterra.

Le terminal portuaire d'Evri, propriété de Viterra et dédié aux huiles végétales, a été «endommagé par une attaque de missiles», selon un porte-parole du groupe. Deux silos étaient en feu et un troisième endommagé.

Selon l'Institut américain pour l'étude de la guerre (ISW), les forces russes ont vraisemblablement repris la rive orientale de la rivière Inhoulets, située entre Mykolaïv, toujours tenues par les Ukrainiens, et Kherson, plus à l'Est, occupée par les Russes. 

Celles-ci se concentrent dans cette zone sur des tâches défensives. Un responsable ukrainien a affirmé que ses troupes avaient repris la ville de Kiselivka et se trouvaient à 15 km de Kherson, selon l'institut. 

Un porte-parole du ministère ukrainien de la Défense, cité par l'ISW, a affirmé de son côté que les Russes frappaient Odessa avec des missiles antinavires, ce qui semble indiquer des problèmes de stocks de munitions. 

 

Union européenne

Le sommet de l'Union européenne jeudi à Bruxelles va être «un moment historique sur le plan géopolitique» avec la décision d'accorder le statut de candidat à l'adhésion à l'Ukraine et à la Moldavie, selon le président du Conseil européen Charles Michel.

«Un choix doit être fait aujourd’hui qui va engager le futur de l’UE, notre stabilité, notre sécurité, notre prospérité», a-t-il déclaré.

Le premier ministre albanais Edi Rama a cependant conseillé aux Ukrainiens de ne «pas se faire d'illusions» sur le processus.

«La Macédoine du Nord est candidate depuis 17 ans, si je n'ai pas perdu le compte, et l'Albanie depuis huit ans, alors bienvenue à l'Ukraine», a-t-il ironisé. «C'est une bonne chose de donner le statut à l'Ukraine. Mais j'espère que le peuple ukrainien ne se fera pas beaucoup d'illusions».

Décision attendue dans la soirée. 

 

«Pression»

Le sommet du G7 en fin de semaine en Allemagne débouchera sur «un ensemble de propositions concrètes pour augmenter la pression sur la Russie et montrer notre soutien collectif à l'Ukraine», a déclaré un haut responsable de la Maison-Blanche, sans autre détail.

 

La culture aussi

Plus de 150 sites culturels ont été partiellement ou totalement détruits en près de quatre mois de guerre, selon l'Organisation des Nations unies pour la science, l'éducation et la culture (UNESCO), dont 70 édifices religieux et 30 bâtiments historiques».

 

Victimes civiles et militaires

Il n'existe aucun bilan global des victimes civiles du conflit, certainement très lourd. 

Sur le plan militaire, des sources de sécurité occidentales parlent de 15 000 à 20 000 soldats russes tués. Les forces ukrainiennes perdent chaque jour une centaine de soldats, selon Kyiv. Aucune statistique indépendante n'est disponible.

 

Un tiers des Ukrainiens déplacés ou réfugiés

Plus de sept millions d'Ukrainiens sont déplacés dans le pays, selon l'ONU. S'y ajoutent 7,7 millions qui ont fui à l'étranger. Avant l'invasion russe, l'Ukraine comptait 37 millions d'habitants dans le territoire contrôlé par Kyiv, amputé notamment de la Crimée annexée par Moscou en 2014.

Sur le même sujet

À la une

Bourse: Wall Street finit en hausse malgré la torpeur ambiante

Mis à jour à 16:53 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le secteur énergétique mène la Bourse de Toronto vers le haut.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

16:43 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

Faites partie de notre classement des 300 plus grandes PME du Québec

17:00 | Les Affaires

Pour y figurer en bonne place et ainsi profiter d’une belle visibilité, remplissez notre formulaire.