Grèce: Tsipras annonce sa démission et appelle à des élections

Publié le 20/08/2015 à 14:10, mis à jour le 20/08/2015 à 15:04

Grèce: Tsipras annonce sa démission et appelle à des élections

Publié le 20/08/2015 à 14:10, mis à jour le 20/08/2015 à 15:04

Par AFP

Alexis Tsipras. (Photo: Bloomberg)

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a annoncé sa démission jeudi soir lors d'une allocution télévisée, et appelé à des élections législatives anticipées.


«Dans peu de temps je vais me rendre chez le président de la République et présenter ma démission et la démission de mon gouvernement», a indiqué M. Tsipras, ajoutant qu'il voulait «soumettre au peuple grec tout ce que j'ai fait (depuis son arrivée au pouvoir le 25 janvier, ndlr), afin qu'il décide de nouveau».


Selon les médias grecs, M. Tsipras serait favorable à ce que ces élections aient lieu le 20 septembre.


Il a critiqué les députés de son parti la Gauche radicale Syriza qui s'étaient opposés à l'accord passé avec les créanciers sur le troisième prêt au pays, accompagné d'un nouveau train de mesures d'austérité.


«Maintenant que la phase difficile (de négociations) est terminée, tandis que certains souhaitaient garder leurs fonctions, je voudrais soumettre à votre jugement» cet accord qui «garantit le financement du pays sur trois ans», grâce à un prêt de 86 milliards d'euros.


Alexis Tsipras, 41 ans, a été contraint de démissionner après avoir perdu sa majorité parlementaire la semaine dernière lors d'un vote au Parlement sur le nouveau plan de sauvetage du pays par l'Europe.


Une quarantaine de députés n'a alors pas voté en faveur du nouveau prêt européen de 86 milliards d'euros sur trois ans, accompagné d'un nouveau train de mesures de rigueur, ce qui a réduit la majorité parlementaire à 119 députés sur les 300 que compte l'Assemblée.


«C'est à vous (aux Grecs) de décider si on a bien représenté le pays, si l'accord comprend les conditions qui permettront la reprise du pays», a dit Alexis Tsipras, élu de 25 janvier avec 36,3% des voix et dont sa popularité devance d'un grand écart le parti d'opposition, la droite de Nouvelle-Démocratie, selon les derniers sondages d'intention de vote.


«Qui et comment peut négocier pour la réduction de la dette? c'est avec votre vote que vous allez nous juger», a-t-il indiqué.


«Je vous laisse juger, en ayant la conscience tranquille pour avoir résisté aux pressions et aux chantages. L'Europe n'est pas la même après ce semestre difficile», a ajouté le Premier ministre.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

Sur le même sujet

Retour de la Grèce sur les marchés avec succès

25/07/2017 | AFP

«Succès absolu», selon le gouvernement qui a émis un obligation à 5 ans à un taux inférieur à celui de son prédécesseur.

Bourse : le calme avant la tempête?

BLOGUE. Les mauvaises nouvelles quant à l'endettement des pays développés risquent de perdurer très longtemps!

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

10:00 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour à 10:53 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.