Grèce: plus de 15 000 manifestants

Publié le 17/11/2011 à 11:38, mis à jour le 16/10/2013 à 08:31

Grèce: plus de 15 000 manifestants

Publié le 17/11/2011 à 11:38, mis à jour le 16/10/2013 à 08:31

Par AFP

Quelque 15.000 personnes, selon la police, ont défilé jeudi dans le centre d'Athènes pour dire leur ras le bol des mesures d'austérité, à l'occasion des commémorations de la répression de la révolte étudiante par la junte des colonels en 1973.

A 15H00 GMT, la police a recensé 15.000 personnes, étudiants, militants de gauche radicale et anarchistes essentiellement. Un dernier défilé, organisé par le parti communiste KKE, n'était toujours pas parti à cette heure-là.

Près du Parlement, un incident a opposé un groupe de casseurs aux forces de l'ordre: les premiers ont lancé des cailloux et deux cocktails molotov sur la police qui a répondu en tirant des jets de gaz lacrymogène, a-t-on indiqué de source policière.

Les cortèges du 17 novembre défilent traditionnellement du quartier de l'Ecole Polytechnique à l'ambassade américaine, en passant par la place Syntagma où se trouve le Parlement.

Les traditionnels slogans célébrant le soulèvement étudiant ont pris une coloration très actuelle pour dénoncer "la junte des banques, de l'Union européenne, du FMI", comme le proclamait une banderole dans une allusion directe à la politique d'austérité imposée à la Grèce surendettée par ses créanciers.

"La junte ne s'est pas terminée en 1973, soulèvement contre le gouvernement UE-FMI !" pouvait-on également lire dans le cortège.

Efthymios, un lycéen de 18 ans du Pirée, près d'Athènes, est venu manifester pour la première fois pour un 17 novembre, surtout car il s'inquiète pour l'avenir de son pays en crise. "C'est la première fois depuis que je suis né que je vois des gens chercher de la nourriture dans les poubelles", raconte-t-il à l'AFP.

Aristidis, un serveur de 38 ans, est là parce qu'il se sent "trahi" par le gouvernement qui a accepté sans rechigner les sacrifices demandés par les partenaires financiers du pays pour redresser ses finances.

Marita, 23 ans, étudiante à l'Ecole Polytechnique, établit un parallèle entre passé et présent: "le gouvernement actuel (de coalition, NDLR) n'est pas issu des élections. Qu'est ce que c'est sinon une junte ?"

"Nous les ficherons tous dehors !", promet d'ailleurs une banderole.

"Il faudrait que les gens descendent dans la rue tous les jours mais ils ont peur", ajoute Aristidis. "Face à la tyrannie, il faut choisir entre les chaînes et les armes", exhorte de son côté la banderole d'un groupe anarchiste.

Certains manifestants ont aussi déversé leur colère contre la participation de l'extrême droite au nouveau gouvernement de coalition socialiste-conservateur, intronisé la semaine dernière, derrière le mot d'ordre: "à bas le gouvernement fascisant".

À la une

Commerce: Biden maintiendra la pression sur la Chine

23/10/2020 | François Normand

Les républicains ont une perception plus négative à l'égard de la Chine, mais elle progresse aussi chez les démocrates.

Une bulle technologique dans le S&P500? (la suite)

23/10/2020 | Ian Gascon

BLOGUE INTIVÉ. Les titres technologiques méritent-ils des évaluations aussi élevées?

Si ça semble trop beau pour être vrai…

23/10/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les rendements élevés viennent obligatoirement avec des risques élevés.