De Made in Germany à Made by Samson

Publié le 18/01/2012 à 08:18, mis à jour le 14/02/2012 à 16:22

De Made in Germany à Made by Samson

Publié le 18/01/2012 à 08:18, mis à jour le 14/02/2012 à 16:22

Par François Normand

[Photo : Samson AG]

FRANCFORT (BLOGUE)Hans-Erich Grimm sourit et prend quelques secondes avant de nous répondre : «Nous sommes rendus bien plus loin que le Made in Germany… Nous sommes dans une logique de Made by Samson», laisse tomber le chef de la direction des ventes de Samson AG, une grande entreprise familiale spécialisée dans la conception de vannes de régulation des fluides (vapeur, gaz, produits chimiques).

 En entrevue au siège social de Samson, Hans-Erich Grimm répondait ainsi à la question que nous venions de lui poser: la limite que l’Union européenne veut imposer à l’utilisation du fameux label Made in Germany – un gage de qualité reconnu mondialement, qui donne un bon coup de pouce aux exportateurs allemands – vous inquiète-t-elle? L’attitude de l’homme d’affaires d’expérience tranche décidément avec celle de l’ensemble des industriels allemands.

Ces jours-ci, l’Association des Chambres de Commerce et d’Industrie monte aux barricades pour dénoncer et s’opposer à un projet de loi de la Commission européenne, l’organe législatif de l’Union européenne, à Bruxelles. Cette législation vise à interdire d’apposer le label Made in Germany sur les produits fabriqués en Allemagne, mais qui n’auraient pas au moins 45% de contenu local ou allemand.

Par exemple, pour qu’une machine à laver d’un coût de production de 100 euros soit certifiée Made In Germany, il faudrait que 45 euros soient le fruit du travail des usines allemandes. Or, actuellement, les règles communautaires européennes permettent à une entreprise allemande d’utiliser ce label pour faire fabriquer 90% d’une machine à laver à l’étranger si elle lui donne une touche finale dans une installation établie en Allemagne.

C’est un peu comme pour le label «bio» ou «équitable» pour la nourriture: des entreprises abusent du label Made in Germany, disent les autorités européennes. C’est pourquoi Bruxelles veut faire le ménage. Et ce projet de loi sur les règles d’origine vise l’Allemagne et d’autres pays comme la France. Les industriels allemands se sentent menacés par une législation qui menacerait la commercialisation ou l’attrait de leurs produits (automobiles, électroménagers, etc.) dans le monde.

PLUS : Lisez notre dossier Les Affaires en Allemagne.


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

À la une

Y a-t-il un avenir pour la production d'aluminium au Québec?

19/10/2019 | François Normand

ANALYSE. L’industrie vit une crise qui nécessite une révolution économique, mais surtout technologique.

La région de l'aluminium, mais pas seulement

Édition du 14 Septembre 2019 | Pierre Théroux

FOCUS SAGUENAY–­LAC-SAINT-JEAN. Impossible de la manquer. En arrivant à la ville de Saguenay, ...

La Bourse est figée en attendant un signal

BLOGUE. Il faudra plus que la résolution des conflits pour redonner un réel nouvel élan à la Bourse, selon ce stratège.