COP21: Des retombées décevantes pour l'activité économique locale

Publié le 08/12/2015 à 11:54

COP21: Des retombées décevantes pour l'activité économique locale

Publié le 08/12/2015 à 11:54

(Photo: Shutterstock)

Depuis une semaine, les habitants du Bourget, où se tiennent les principales rencontres de la COP21, vivent dans un autre monde. Chaque jour, du personnel de l’armée est posté sur les toits et sur la petite colline qui surplombe l’accès de l’espace occupé par les négociateurs de l’ONU.

En amont, plusieurs déviations ont été mises en place depuis les échangeurs menant au Hall d’expositions du Bourget. Les voitures personnelles sont interdites sur le site et aucun parking relais n’a été prévu pour des questions de sécurité. Les barrages policiers laissent passer au compte goutte les voitures diplomatiques et les taxis à proximité des espaces de négociations. Mais avant cela, il faut montrer patte blanche à plusieurs contrôles.

Pour le public et les exposants qui gravitent en marge des négociateurs, les navettes gratuites qui partent de la station du RER B et du métro représentent un passage obligé.

Avec près de 40 000 personnes attendues sur l’espace du Bourget entre le 30 novembre et le 11 décembre, la municipalité a appris à vivre au rythme des barrages policiers ou du passage des voitures officielles.

La présence des quelque 22 000 personnes accréditées (délégués, négociateurs, journalistes, etc.) qui travaillent durant de longues heures sur le site ne semble pas avoir eu beaucoup d’impact sur l’économie locale. Les commerces de proximité dressent un bilan en demi-teinte, voire sombre.

Pour la pharmacie Assous, située juste au niveau de l’un des barrages routiers, l’activité est au point mort : « Plus personne ne peut se garer. La route est parfois coupée en journée, tandis que les gens attendent souvent longtemps pour prendre le bus. Cela représente 10 à 15% de chiffre d’affaires en moins pour nous », estime la gérante, qui n’a voulu être identifiée, comme tous les autres commerçants interrogés pour cet article. Un fait qui dénote le climat de crainte encore bien présent.

Malgré l’interdiction des voitures sur le site, le loueur de voitures Avis affirme « avoir un peu plus de demandes que d’habitude, même si les déplacements restent pas évidents durant cette période ».

Au restaurant O Lombadia, situé à quelques centaines de mètres de l’arrêt du RER B, l’activité reste inchangée : « On n’a pas eu plus de fréquentation que d’habitude. Le dimanche n’a pas eu d’impact, puisqu’on est habituellement fermés », souligne un membre de l’équipe.

Même impression chez le magasin d’alimentation U Express, qui travaille lui aussi uniquement avec la clientèle de proximité. « La plupart des gens viennent à pied. On fait venir les éboueurs et les livraisons plus tôt le matin, mais c’est tout », souligne la direction.

Pour les taxis, la période est certes intense, mais elle ne semble pas avoir un effet renversant sur l'activité. « Les restrictions de circulation y sont sans doute pour quelque chose, ainsi que le fait que beaucoup de chauffeurs aient décidé de travailler à leur compte, sans l'application Uber, durant le sommet », précise Thomas Meister, porte-parole d’Uber à Paris.

Selon un porte-parole de la mairie du Bourget, les hôtels des environs affichent complets, comme c’est le cas lors de grandes manifestations, tandis que les délégués sont essentiellement logés à Paris ou dans la zone de Roissy. « Pour les commerces, c’est différent car beaucoup de gens viennent directement à la Cop avec les transports en commun, puis repartent. Le plus difficile a été la journée du dimanche, lorsque l’autoroute a été coupée avec l’arrivée des chefs d’états. Mais les gens ont été prévenus et ont pu prendre leurs dispositions », estime-t-il. Les riverains qui étaient craintifs au début semblent désormais « rassurés », selon la mairie. « La présence policière est forte et les transports en commun font qu’il n’y a pas trop de congestion routière. La vie suit son cours. »

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 11 février

À la une

Ces trois tendances bouleverseront l'économie américaine

14/09/2019 | François Normand

ANALYSE - Elles auront des impacts positifs et négatifs sur la société, les entreprises et les travailleurs américains.

Le retour des aubaines hisse le S&P/TSX à un record

BLOGUE. Il est encore trop tôt pour dire si les titres bon marché et plus cycliques prendront le relais en Bourse.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

14/09/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.