Chypre cherche un plan B

Publié le 20/03/2013 à 09:46

Chypre cherche un plan B

Publié le 20/03/2013 à 09:46

Par AFP

Les partis politiques chypriotes étudiaient mercredi un « plan B » pour empêcher une faillite de l'île après le rejet par le Parlement d'une taxe sur les dépôts bancaires, les bailleurs de fonds européens se montrant prêts à donner une deuxième chance au pays.

Jörg Asmussen, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), s'est dit « persuadé » qu'un plan de sauvetage était « dans le meilleur intérêt de Chypre et de tous les États membres de la zone euro », dans un entretien à l'hebdomadaire Die Zeit à paraître jeudi mais diffusé par avance.

La chancelière allemande Angela Merkel, qui s'est entretenue à plusieurs reprises avec le président chypriote Nicos Anastasiades, a pour sa part affirmé que trouver une solution pour Chypre était un « devoir » pour les pays de la zone euro.

À Nicosie, les réunions se succédaient pour trouver une solution à la crise, alors que les banques étaient toujours fermées pour empêcher une ruée aux guichets de clients inquiets et une fuite massive de capitaux.

« Un groupe composé d'experts de chaque parti politique s'est rendu à la Banque centrale pour discuter d'un plan B pour le financement et la réduction du montant de 5,8 milliards d'euro », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Christos Stylianides.

M. Anastasiades avait auparavant rencontré les responsables des partis politiques. Il doit présider à 18H00 (16H00 GMT) une nouvelle réunion de son cabinet.

La Commission européenne a affirmé de son côté que Nicosie devait présenter une solution garantissant que la dette publique chypriote, qui pourrait dépasser cette année 90% du PIB, restera supportable.

Dans le même temps, le ministre chypriote des Finances, Michalis Sarris, était mercredi en Russie pour essayer d'obtenir une extension du crédit de 2,5 milliards d'euros accordé à Nicosie en 2011 et qui arrive à terme en 2016.

Chypre est pris en tenaille entre les bailleurs de fonds européens -qui exigent qu'elle mette 5,78 milliards d'euros sur la table en échange d'une aide de 10 mds- et son allié traditionnel russe.

Russie, Eglise, gaz

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

Ă€ surveiller: Couche-Tard, Dollarama et Lightspeed

Que faire avec les titres de Couche-Tard, Dollarama et Lightspeed?

En mars le taux de chĂ´mage enregistre sa plus forte hausse

Mis à jour à 09:35 | La Presse Canadienne

L’économie canadienne a perdu 1 011 000 emplois en mars.

COVID-19: préparer le rebond

BLOGUE INVITÉ. Le revers, aussi brutal soit-il, peut vous permettre de rebondir et de revenir plus fort.