Choisir un partenaire pour percer un nouveau marché

Publié le 09/06/2010 à 08:22

Choisir un partenaire pour percer un nouveau marché

Publié le 09/06/2010 à 08:22

Photo : René Poirier

TecSys, une entreprise qui œuvre dans les logiciels de gestion de la chaîne d’approvisionnement, souhaitait prendre de l’expansion. Voyant que le marché européen avait un énorme potentiel, l’entreprise montréalaise a choisi de s’établir en Angleterre en 2006, afin de développer sa stratégie dans le vieux continent.
 

Plutôt que d’implanter une filiale dans ce nouveau marché, une opération lourde exigeante, TecSys s’est associée à un partenaire déjà présent. L’entreprise a donc pu bénéficier de la vaste expérience et des connaissances clés de son partenaire.

« Nous utilisons toujours ce modèle, car le partenaire a les connaissances du marché et maîtrise les particularités culturelles. Il gère également tout l’aspect politique ainsi que la réglementation », explique René Poirier, premier vice-président du groupe CAE chez TecSys.

« Je conseille l’adoption de cette stratégie et je crois qu’elle peut s’appliquer à plusieurs autres industries », ajoute-t-il.
 

Malgré la dure récession ayant récemment frappé l’Angleterre, M. Poirier ne regrette pas d’avoir investi dans le marché anglais en 2006. Il espère que la stratégie à long terme de l’entreprise sera fructueuse dans les années à venir.

Écoutez les autres conseils de M. Poirier dans le podcast ci-dessus.

Vous faites des affaires en Angleterre et vous avez des conseils à rajouter ? N’hésitez pas à nous contacter.

À la une

Il faut faire la lumière sur Lithium Amérique du Nord

19/06/2021 | François Normand

ANALYSE. Les entreprises doivent pouvoir investir dans environnement d'affaires transparent et prévisible.

Seuls les fous ne changent jamais d'idée

18/06/2021 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Warren Buffett est un bon exemple d'investisseur qui a su s'adapter au fil des années.

Le suspense persiste autour de Lithium Amérique du Nord

18/06/2021 | François Normand

Un juge de la Cour supérieure du Québec a reporté de 10 jours l'audience pour déterminer l'avenir de la minière.