Brexit: un «bon accord» est encore possible croit Boris Johnson

Publié le 09/12/2020 à 08:22

Brexit: un «bon accord» est encore possible croit Boris Johnson

Publié le 09/12/2020 à 08:22

Par AFP

Il reste toutefois des divergences d'opinions concernant les conditions de concurrence équitable et la pêche, a ajouté Boris Johnson. (Photo: Getty Images)

Le chef du gouvernement britannique Boris Johnson a jugé mercredi qu’il était encore possible d’arriver à un « bon accord » commercial post-Brexit avec l’Union européenne malgré des exigences à ses yeux inacceptables de Bruxelles en l’état.

« On peut encore arriver à un bon accord », a déclaré M. Johnson devant les députés, avant de se rendre à Bruxelles rencontrer la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à trois semaines de la sortie du Royaume-Uni du marché unique européen.

Il a ajouté cependant qu’il restait des divergences en raison des exigences des Européens sur les conditions de concurrence équitable et la pêche. « Je pense que ce sont des termes qu’aucun premier ministre de ce pays ne devrait accepter », a-t-il estimé.

M. Johnson a assuré que quelle que soit l’issue des négociations post-Brexit, « ce pays sera prêt ». « Il y aura des emplois créés dans tout le Royaume-Uni, non pas malgré le Brexit, mais grâce au Brexit, car ce pays deviendra un aimant pour les investissements étrangers », a-t-il insisté.

Depuis son départ officiel de l’UE le 31 janvier, le Royaume-Uni continue d’appliquer les règles européennes. Ce n’est qu’à la fin de cette période de transition, le 31 décembre, qu’interviendra sa sortie du marché unique et de l’union douanière.

Faute d’accord de libre-échange trouvé, traduit en texte de loi et ratifié d’ici là, les échanges entre Londres et l’UE se feront dès le 1er janvier selon les seules règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), synonymes de droits de douane ou de quotas, au risque d’un nouveau choc pour des économies déjà fragilisées par le coronavirus.

À peine trois semaines avant la rupture définitive, les discussions entre Britanniques et Européens continuent d’achopper sur les trois mêmes sujets : l’accès européen aux eaux britanniques, la manière de régler les différends dans le futur accord et les garanties exigées à Londres par l’UE en matière de concurrence en échange d’un accès sans tarifs ni quotas à son immense marché. 

Sur le même sujet

Brexit: le Parlement européen approuve l'accord commercial

28/04/2021 | AFP

Ce vote met un point final à la saga du Brexit, qui est officiellement ratifié des mois après son entrée en vigueur.

Demeurer ou ne pas demeurer au Royaume-Uni?

Édition du 10 Février 2021 | François Normand

ZOOM SUR LE MONDE. Et le Brexit fut. Londres et Bruxelles ont conclu, en décembre, un accord de libre-échange...

À la une

Pénurie d'infirmières: la CAQ prévoit améliorer les conditions de travail

Il y a 45 minutes | La Presse Canadienne

Le plan de Québec pour embaucher les 4000 infirmières manquantes du système de santé sera présenté jeudi.

Evergrande: l'économie américaine est mieux préparée qu'en 2008

14:21 | AFP

«On est en meilleure position en 2021 pour absorber des chocs» a affirmé mardi le patron de la SEC

Le patronat veut de l'action de la part d'Ottawa

Mis à jour à 13:53 | Emmanuel Martinez

Suite aux élections fédérales, les associations représentant les entreprises veulent de l'action de la part d'Ottawa.