Le «shadow banking» en Chine a le potentiel de déstabiliser le monde, selon Michael Sabia

Publié le 01/04/2015 à 16:00

Le «shadow banking» en Chine a le potentiel de déstabiliser le monde, selon Michael Sabia

Publié le 01/04/2015 à 16:00

Par François Normand

Le président et chef de la direction de la Caisse de dépôt, Michael Sabia. (Photo:Les Affaires)

Les activités de crédit non réglementées en Chine - «shadow banking», en anglais - représentent un risque majeur pour l'économie mondiale, affirme le président et chef de la direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Michael Sabia.

«Je pense que cela représente une vulnérabilité qui a le potentiel de déstabiliser le monde», a déclaré ce mercredi le patron de la Caisse de dépôt, lors d'un déjeuner-causerie organisé par l'association CFA Montréal.

Le 1er octobre 2014, le Fonds monétaire international (FMI) faisait également part de ses inquiétudes à l'égard des activités de crédit non réglementées en Chine.

«Parmi les économies de marché émergentes, la taille et la croissance des activités de shadow banking en Chine sont particulièrement marquantes et nécessitent un suivi particulier», indiquait le FMI sur un ton diplomatique, masquant à peine son inquiétude.

Une préoccupation partagée par Michael Sabia. «Personnellement, je m'inquiète du système de shadow banking en Chine», a-t-il dit, notamment en raison du niveau d'endettement élevé en Chine.

Selon le FMI, cette finance non réglementée progresse à une vitesse deux fois supérieure à celle du crédit bancaire réglementé, et représentait 35% du PNB chinois en mars 2014.

Par ailleurs, Michael Sabia s'est également dit préoccupé par les risques géopolitiques dans le monde, surtout au Moyen-Orient, une région qui n'est pas «très stable», selon lui.

De concert avec d'autres pays sunnites, l'Arabie saoudite a par exemple commencé le 26 mars à bombarder les positions des rebelles chiites au Yémen, les Houthis. Ces derniers sont soutenus par l'Iran, un pays chiite et rival traditionnel de l'Arabie saoudite.

Selon des analystes, cette opération militaire de l'Arabie saoudite au Yémen déstabilise encore plus le Moyen-Orient, car elle accroît le risque d'une guerre directe - elle est indirecte actuellement - entre le royaume saoudien et l'Iran, en plus de favoriser l'expansion du groupe État islamique (EI).

Décalage important entre les marchés et l'économie


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

Sur le même sujet

À la une

Agriculture urbaine: des melons d'Oka à l'ancien hippodrome

BLOGUE. Urbanisme transitoire: cet été, il poussera des melons d'Oka sur le terrain vacant de l'Hippodrome Blue Bonnets.

À surveiller: Dorel, Stantec et Bank of America

Que faire avec les titres de Dorel, Stantec et Bank of America?

Bourse: le temps de miser sur les banques américaines?

14/06/2019 | Denis Lalonde

BALADO GESTIONNAIRES EN ACTION. Les banques américaines se négocient à des ratios très intéressants, dit François Rochon