La concurrence chinoise perce dans les produits et services de haute qualité


Édition du 06 Décembre 2014

La concurrence chinoise perce dans les produits et services de haute qualité


Édition du 06 Décembre 2014

Par François Normand

Le symbole est fort, et les conséquences, encore incalculables. Le 22 octobre, la société d'État chinoise CNR MA a remporté le contrat pour la construction de 284 voitures pour le métro de Boston, doublant des géants de l'industrie comme Bombardier Transport. Il faut dire que son prix était imbattable.

La chinoise CNR MA construira les voitures du métro de Boston au coût de 566,6 millions de dollars américains. Elle a notamment devancé Bombardier.

CNR MA - une coentreprise formée des sociétés chinoises Changchun Railway Vehicules et CNR Corporation - construira les voitures au coût de 566,6 millions de dollars américains. La société chinoise s'est également engagée à les assembler au Massachusetts, comme l'exigeait l'appel d'offres.

Les coûts de production de CNR MA sont beaucoup moins élevés que ceux des projets présentés par Bombardier Transport (1,08 milliard de dollars [G $]), Kawasaki (904,9 M $) et Hyundai Rotem (720,6 M $).

Une soumission très basse - inférieure de 200 M $ environ à l'estimation fournie par le Massachusetts Bay Transportation Authority - qui illustre la nouvelle concurrence chinoise dans les produits et services à haute valeur ajoutée.

CNR MA a d'ailleurs si souvent soumissionné à bas prix qu'un des autres soumissionnaires, Hyundai Rotem, demande maintenant au ministère des Transports du Massachusetts de disqualifier l'entreprise chinoise. Bombardier Transport étudie aussi la possibilité de faire la même chose.

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour le 24/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

24/06/2022 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.