C’est sur le terrain que Creaform investit ses marchés porteurs

Publié le 08/04/2011 à 12:52, mis à jour le 18/10/2013 à 13:01

C’est sur le terrain que Creaform investit ses marchés porteurs

Publié le 08/04/2011 à 12:52, mis à jour le 18/10/2013 à 13:01

Par Aude Marie Marcoux

Après les États-Unis, la France, la Chine et le Japon, Creaform a récemment ouvert des bureaux en Allemagne et en Inde. Faisant affaires dans pas moins de 50 pays, la PME mise sur une approche directe pour investir ses marchés porteurs.

Écoutez notre podcast maintenant ou téléchargez-le sur iTunes.

Creaform se spécialise en technologies de mesure optique 3D et en services d’ingénierie 3D. Les solutions qui couvrent tout le spectre des applications 3D de l’entreprise de Lévis s'adressent entre autres aux secteurs de l'automobile, de l'aérospatiale et de la défense, des produits de consommation, de l'éducation, de la préservation du patrimoine, de la fabrication, des soins médicaux et du multimédia.

Martin Lamontagne, chef de la direction de Creaform, nous parle des activités de son entreprise sur les marchés étrangers.

Écoutez notre podcast maintenant ou téléchargez-le sur iTunes.

À suivre dans cette section

L'ACEUM ratifié aux États-Unis
Mis à jour le 16/01/2020 | AFP

image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

10 choses à savoir vendredi

Il y a 15 minutes | Alain McKenna

Bombardier a frappé dans le mille, ce titre boursier séduit plus que Tesla, une auto neuve par jour à 700$/mois.

«Je possède 41 300 actions de Bombardier, que faire?»

BALADO. Les actionnaires sont nombreux à se demander quoi faire avec leurs actions de Bombardier. Voici une réponse.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

06:49 | LesAffaires.com et AFP

«Attention au risque d'un réveil brutal des marchés, assez complaisants ces derniers jours.»