Une référence pour les exportateurs et les investisseurs canadiens

Publié le 20/09/2018 à 14:09

Une référence pour les exportateurs et les investisseurs canadiens

Publié le 20/09/2018 à 14:09

Par lesaffaires.com

Nous publions un livre numérique regroupant les meilleures analyses géopolitiques du journaliste François Normand.

Qu’est-ce qu’un risque géopolitique? C’est une décision, un événement ou une tendance qui peut avoir un impact économique et financier sur les activités d’une entreprise ou d’un investisseur à l’étranger.

Le meilleur exemple est l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis en novembre 2016, et dont nous continuons à sentir l’onde de choc au Canada et ailleurs dans le monde.

Presque tous les exportateurs et les investisseurs ont dû adapter leur stratégie pour gérer ce nouveau risque géopolitique. Ce n’est qu’un des nombreux risques géopolitiques dans le monde, avec la renaissance de la Russie, la montée de l’extrême droite en Europe ou les tensions dans la péninsule coréenne.

Pour télécharger le document, cliquez ici

Contrairement aux risques financiers (la hausse des taux d’intérêt aux États-Unis) et économiques (le recul du PIB en Chine) qui sont quantifiables, les risques géopolitiques sont avant tout qualitatifs, donc difficilement quantifiables.

Pour les analyser, il faut faire appel à des disciplines comme l’histoire, la politique, la sociologie ou l’économie politique.

Ce livre s’adresse bien entendu aux exportateurs et aux investisseurs canadiens. Mais il plaira aussi aux consultants en commerce et en investissements internationaux, ainsi qu’aux passionnés d’actualité internationale.

À la une

Régis Labeaume tire sa révérence

Régis Labeaume ne sollicitera pas un cinquième mandat à la mairie de Québec cet automne.

Construction: une entente possible d'ici le 21 mai?

Des entrepreneurs en construction croient toujours possible de s’entendre avec l’Alliance syndicale d’ici le 21 mai.

Montréal n'est pas en situation de crise du logement, selon Andrée Laforest

La ministre responsable de l’Habitation, Andrée Laforest, estime que Montréal ne vit pas de crise du logement.