Donald Trump, grand favori aux caucus de l'Iowa

Publié le 15/01/2024 à 11:44, mis à jour le 07/02/2024 à 16:09

Donald Trump, grand favori aux caucus de l'Iowa

Publié le 15/01/2024 à 11:44, mis à jour le 07/02/2024 à 16:09

Par La Presse Canadienne

Le dernier sondage Des Moines Register/NBC News avant les caucus a révélé que Donald Trump conservait une formidable avance, soutenu par près de la moitié des participants probables au caucus. (AP Photo/Andrew Harnik)

Les caucus républicains de l'Iowa commenceront lundi soir et l'ancien président Donald Trump envisage une victoire qui enverrait un message retentissant selon lequel ni le froid potentiellement mortel ni ses problèmes juridiques ne peuvent ralentir sa marche vers l'investiture du Parti républicain.

Les caucus de l'Iowa, qui marquent le début du processus des primaires présidentielles républicaines, commencent à 20 heures. Les participants des caucus se rassembleront dans plus de 1500 écoles, églises et centres communautaires pour débattre de leurs options, dans certains cas pendant des heures, avant de voter au scrutin secret.

Tandis que Donald Trump projette de la confiance, le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, se bat pour sa survie politique dans une course décisive pour la deuxième place. L'ancienne ambassadrice aux Nations unies, Nikki Haley, la seule femme dans la course, fait obstacle à Ron DeSantis. Les deux candidats se sont livré une concurrence agressive ces dernières semaines pour émerger comme une alternative claire à l’ancien président, qui s'est aliéné de nombreux Américains et pourrait finir par être condamné d’ici la fin de l’année.

Les sondages suggèrent que Donald Trump commence la journée avec une avance importante dans l’Iowa alors que Nikki Haley et Ron DeSantis se battent pour une seconde lointaine place. L'entrepreneur Vivek Ramaswamy et l'ancien gouverneur de l'Arkansas Asa Hutchinson sont également sur le bulletin de vote, tout comme l'ancien gouverneur du New Jersey Chris Christie, qui a suspendu sa campagne la semaine dernière.

Avec les températures les plus froides de l'histoire des caucus prévues et des conditions de déplacement dangereuses dans pratiquement tous les coins de l'État rural, les campagnes se préparent à une faible participation qui mettra à l'épreuve la force de leur soutien et leur force organisationnelle. Le résultat final servira de signal puissant pour la suite de la lutte pour l’investiture afin de déterminer qui affrontera le président démocrate Joe Biden lors des élections générales de novembre.

Après l'Iowa, la primaire républicaine se déplacera dans le New Hampshire, le Nevada et la Caroline du Sud dans les semaines à venir avant de se déplacer dans le reste du pays au printemps. Le candidat final ne sera pas confirmé avant la convention nationale du parti en juillet, mais avec de possibles grandes victoires lors des primaires, Donald Trump sera difficile à arrêter.

 

Les appuis de Trump stables 

La force politique de Donald Trump à l'approche des caucus de l'Iowa, qui surviennent 426 jours après le lancement de sa campagne pour 2024, raconte l'histoire remarquable d'un Parti républicain qui ne veut pas ou ne peut pas s'éloigner de lui. Il a perdu contre Joe Biden en 2020 après avoir alimenté un chaos quasi constant lorsqu'il était à la Maison-Blanche, culminant avec la perpétration par ses partisans d’une attaque meurtrière contre le Capitole américain.

Au total, il fait face à 91 chefs d'accusation dans quatre affaires criminelles, dont deux pour ses efforts visant à renverser les élections et une troisième pour avoir conservé des documents classifiés dans son domicile de la Floride.

Ces dernières semaines, Donald Trump a de plus en plus fait écho aux dirigeants autoritaires et a présenté sa campagne comme une de représailles. Il a parlé ouvertement de l’utilisation du pouvoir du gouvernement pour poursuivre ses ennemis politiques. Il a exploité à plusieurs reprises la rhétorique autrefois utilisée par Adolf Hitler pour affirmer que les immigrants entrant illégalement aux États-Unis «empoisonnent le sang de notre pays».

Mais les électeurs républicains sont restés impassibles.

«Trump est chrétien. Il est digne de confiance. Il croit en l'Amérique. Et il croit en la liberté», a résumé Kathy DeAngelo, âgée de 71 ans, une employée administrative d'un hôpital à la retraite qui a fait face à un temps glacial pour voir Donald Trump dimanche. 

Le dernier sondage Des Moines Register/NBC News avant les caucus a révélé que Donald Trump conservait une formidable avance, soutenu par près de la moitié des participants probables au caucus, contre 20% pour Nikki Haley et 16% pour Ron DeSantis.

Sur le même sujet

Élections américaines: revue de la semaine

03/05/2024 | John Plassard

EXPERT INVITÉ. Le taux d'approbation, Kennedy, les «double haters», les débats et Kristi Noem.

Et si les Américains changeaient d’avis?

26/04/2024 | John Plassard

EXPERT INVITÉ. Environ 4 électeurs sur 10 âgés de 18 à 34 ans déclarent qu’ils pourraient changer leur vote.

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

24/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.