Budget: le spectre d'une paralysie plane au Sénat américain

Publié le 18/12/2020 à 14:58

Budget: le spectre d'une paralysie plane au Sénat américain

Publié le 18/12/2020 à 14:58

Par AFP
Le sénat américain

Les discussions sont toujours dans l’impasse et les financements publics risquent ainsi de se retrouver à sec. (Photo:123RF)

Le Congrès américain était sous pression vendredi pour trouver un consensus sur le plan de soutien à l’économie, à l’approche d’une potentielle paralysie de l’administration fédérale (« shutdown ») qui pourrait se produire dès minuit.

La semaine dernière, le Congrès s’était accordé un court répit en prolongeant jusqu’au 18 décembre l’adoption de la loi de finances pour éviter un « shutdown » et se ménager plus de temps pour négocier le budget 2021.

Le budget devait initialement arriver à échéance le 11 décembre à minuit. 

Mais à quelques heures de l’expiration du nouveau délai, les discussions sont toujours dans l’impasse et les financements publics risquent ainsi de se retrouver à sec.

Cette échéance intervient alors que démocrates et républicains s’efforcent de sceller un accord pour des aides de quelque 900 milliards de dollars destinés aux ménages et aux entreprises durement affectées par la crise provoquée par la pandémie de COVID-19.

Un nouveau plan est d’autant plus attendu que les mesures votées au printemps vont expirer dans huit jours.

« Les dirigeants travaillent 24 heures sur 24 », a assuré vendredi le chef de la majorité républicaine au Sénat Mitch McConnell, se disant plus optimiste que la veille sur la possibilité de lever les derniers obstacles. 

Un accord est « très proche », a-t-il ajouté, faisant état de discussions « productives ».

« Comme je l’ai dit, le Sénat sera ici jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé quand cela sera possible », a-t-il ajouté, laissant entendre que les tractations pourraient se poursuivre tout au long du week-end.

Mais pour continuer les négociations, il faudrait que le Congrès consente à prolonger une nouvelle fois l’échéance sur la loi de finances. Pour ce faire, il faut l’approbation des 100 sénateurs, ce qui est pour le moment loin d’être garanti.

Le pays a désespérément besoin d’un nouveau plan d’aide, car la hausse sans précédent des cas de Covid-19 a de nouveau fragilisé l’économie américaine.

De nombreux responsables locaux, y compris les plus réfractaires aux mesures de confinement, ont pris la décision de refermer une partie de l’activité, notamment des bars et restaurants, faisant bondir les demandes d’allocations chômage.

Depuis qu’il a été élu, Joe Biden ne cesse d’exhorter le Congrès à voter « immédiatement » un nouveau plan d’aide.

« Il y a encore des points de friction qui doivent être résolus, donc je pense que nous pourrions avoir besoin d’une prolongation à court terme du délai sur la loi de finance, afin de nous assurer que les deux projets de loi sont faits », a déclaré vendredi la démocrate du Sénat Jeanne Shaheen sur CNN. 

Le paquet d’aides devrait inclure des mesures pour la distribution et la logistique des vaccins, des allocations chômage supplémentaires de 300 dollars par semaine et une nouvelle série de chèques de relance de 600 dollars, soit la moitié du montant octroyé en mars dernier.

Sur le même sujet

Un budget sauve-qui-peut dans un contexte ingrat

26/03/2021 | Jean-Paul Gagné

BLOGUE. Sans la pandémie, le budget 2021-2022 du gouvernement Legault aurait pu être flamboyant.

Tous les détails sur le 3e budget du gouvernement Legault

26/03/2021 | lesaffaires.com

BUDGET 2021. Voici toute la couverture de Les Affaires sur le troisième budget provincial d'Eric Girard.

À la une

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.