Bientôt une montée de lait de Trump contre nos producteurs?

Publié le 12/01/2017 à 20:36

Bientôt une montée de lait de Trump contre nos producteurs?

Publié le 12/01/2017 à 20:36

Les producteurs laitiers américains demandent à Donald Trump de s'attaquer aux terribles pratiques « protectionnistes » du Canada.

Dans une lettre envoyée au président élu, l'International Dairy Foods Association, la National Milk Producers Federation et l'U.S. Dairy Export Council attirent l'attention sur l'importance du secteur: le milliard de dollars US des exportations laitières des États-Unis génère plus de 20 000 emplois et près de 3 milliards de production économique.

Mais surtout, selon la coalition américaine des producteurs laitiers, le Canada compte implanter un programme national qui limitera ces importations des États-Unis, en violation de l'ALÉNA et des règles de l'Organisation mondiale du commerce.

Déjà, la politique de prix adoptée en avril par l'Ontario nuit aux exportateurs américains de lait diafiltré utilisé comme ingrédient dans de nombreux produits. Elle a entraîné la perte de milliers d'emplois américains, notamment dans les états frontaliers, affirment les producteurs dans une lettre envoyée au président élu.

« L'impact négatif est estimé à 150 millions $US de pertes pour les producteurs du Wisconsin et de New York, qui dépendent énormément du commerce avec le Canada », détaille la lettre.

Cette politique permet aux transformateurs laitiers canadiens d'acheter du lait intérieur au prix en vigueur sur le marché mondial. Celui-ci est inférieur à celui proposé par le système national de gestion de l'offre. Pour les producteurs américains, cette mesure donne un incitatif aux transformateurs canadiens de réduire leurs importations laitières.  

« La totalité du secteur laitier américain s'en ressent. Les prix du lait chutent à l'échelle nationale en raison des pratiques commerciales du Canada », ont-ils écrit. Ils craignent aussi que les efforts visant à mettre en vigueur une nouvelle stratégie nationale au Canada ajoutent de la pression sur les producteurs américains qui exportent leur lait et autres produits laitiers au nord de la frontière.

Ces groupes soutiennent que l'accès des producteurs américains au marché canadien est déjà limité par « des tarifs exorbitants ».

« Il est certain que ces politiques ont été mises en vigueur avec l'intention de bloquer les importations des États-Unis et constituent des violations directes du Canada », ajoute-t-il.

Les Producteurs laitiers du Canada disent suivre attentivement la situation. Le groupe garde sa confiance envers le gouvernement fédéral pour qu'il continue d'appuyer le secteur laitier au pays. La nouvelle stratégie nationale doit être mise en place, le 1er février.

Des discussions sont encore en cours sur la modernisation du système de gestion de l'offre, a affirmé le président et chef de la direction de l'Association des transformateurs laitiers du Canada, Jacque Lefebvre.  

« Nous sommes au courant des inquiétudes soulevées par les groupes aux États-Unis, a-t-il indiqué dans un courriel. Nous nous sommes engagés à respecter nos accords commerciaux. »

Chantal Gagnon, une porte-parole de la nouvelle ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a refusé de commenter spécifiquement la lettre envoyée à Donald Trump, mais elle a assuré que le gouvernement continuera de soutenir les fermiers et les producteurs, ajoutant qu'Ottawa est impatient de travailler avec la nouvelle administration américaine et le Congrès sur des enjeux comme le commerce et les investissements.

Le Canada se retrouve déjà avec une dispute commerciale avec les États-Unis sur le bois d'oeuvre. Des observateurs craignent que Donald Trump prenne de nouvelles mesures qui nuiront au secteur de l'automobile, du boeuf, du lait et des boissons alcoolisées.


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

À la une

COVID-19: dès vendredi, tous les commerces resserreront les règles

Les contrevenants s’exposent à des amendes pouvant aller de 1000 $ à 6000 $ a dit Geneviève Guilbault.

À surveiller : Salesforce, Zoom et BMO

08:38 | Catherine Charron et Stéphane Rolland

Voici quelques recommandations d’analystes.

Salesforce confirme l'achat de Slack pour 27,7G$US

01/12/2020 | AFP

Avec l'achat de Slack, Salesforce pourra entrer en compétition plus frontale avec Microsoft.