Le tourisme au service du vin sud-africain

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Novembre 2014

Le tourisme au service du vin sud-africain

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Novembre 2014

Par Martin Jolicoeur

Perché à 500 mètres au-dessus de la mer, le Postcard Café dispose d'un grand potentiel touristique. (Photo: Martin Jolicoeur, Les Affaires)

CAPE TOWN - N’espérant que peu d’aide de l’État pour accroître ses ventes hors de ses frontières, l’industrie vinicole d’Afrique du Sud croit qu’une part de sa croissance pourrait passer par le développement du tourisme vinicole.

L’Afrique du Sud attire chaque année des dizaines de milliers de touristes venus du monde entier, notamment du Royaume-Uni, d’Australie et du Japon. Nombre de ces touristes s’adonnent à des safaris offerts dans toutes les variations possibles.

Siobhan Thompson, chef de la direction de Wines of South Africa (WOSA), association qui représente les producteurs de vin d’Afrique du Sud, estime que plusieurs de ses membres pourraient profiter d’une plus grande fréquentation de cette multitude de visiteurs fortunés à la recherche de découvertes et expériences nouvelles.

Mais le pays part de loin, reconnaît-elle. « Il faut d’abord les convaincre de s’intéresser à l’Afrique du Sud comme producteur de vin, un fait qui n’est pas encore suffisamment connu. Ensuite, il faut leur vendre l’idée que nous faisons du bon vin. Enfin, on doit les convaincre de venir nous voir, ce qui n’est pas une mince affaire lorsqu’on connaît notre éloignement géographique de plusieurs marchés-sources d’importance. »

Loin de s’opposer à l’idée, la sommelière Nicola Tipping est convaincue qu’un marché existe bel et bien pour ce genre de produit touristique. Mme Tipping représente le vignoble de la jeune famille Mullineux, situé à Riebeek Kasteel, dans le Swartland, en Afrique du Sud. Près de 65 % du vin produit par ce vignoble est exporté à l’étranger, principalement au Royaume-Uni, en Allemagne et aux États-Unis.

« La demande est là, dit-elle. Il suffit de les faire venir [les touristes] et de permettre aux amateurs de vin de partout de goûter à ce que l’on a à leur offrir. Et d’expérience, je peux vous dire que parmi ceux qui viennent jusqu’à nous, nous obtenons presque 100 % de satisfaction. C’est un succès à tout coup. »

Une activité profitable

À la une

Freshii fait mieux qu'au premier trimestre de 2020

Il y a 40 minutes | La Presse Canadienne

La perte ajustée, qui exclut certains éléments non récurrents, s’est établie à 549 000 $.

COVID-19: le nombre d'éclosions en milieu de travail diminue

Les deux sommets d’éclosions en milieux de travail avaient été relevés à la fin décembre et en mars.

Les entreprises constatent une hausse des cyberattaques

L’erreur humaine est la plus grande vulnérabilité des entreprises selon la moitié des responsables sondés.