L'Afrique dans la mire des investisseurs étrangers

Publié le 17/06/2011 à 14:27, mis à jour le 17/06/2011 à 14:28

L'Afrique dans la mire des investisseurs étrangers

Publié le 17/06/2011 à 14:27, mis à jour le 17/06/2011 à 14:28

Par Aude Marie Marcoux

Crédit: Bloomberg

Les investisseurs étrangers, en particulier ceux des pays émergents, voient pour l’Afrique d’énormes opportunités de croissance à long terme, selon la première enquête sur l’attractivité de l’Afrique, réalisée par Ernst & Young.

Les conclusions de cette étude se basent sur la mesure les investissements effectués en Afrique au cours des dix dernières années et sur une enquête menée auprès de plus de 562 dirigeants du monde concernant les régions qui bénéficieront au cours des dix prochaines années de leurs stratégies d’investissement.

Ainsi, selon cette analyse, le nombre de projets d’investissements directs étrangers (IDE) en Afrique est passé de 338 nouveaux projets en 2003 à 633 en 2010, soit une augmentation de près de 87 % en sept ans.

Si l’Afrique a connu une baisse des investissements en 2008, le continent demeure une destination attractive dans un contexte de récession mondiale, maintenant sa part relative de flux d’investissement mondiaux.

Les répondants à l’étude laissent présager une forte croissance des nouveaux projets sur le continent à partir de l’année prochaine, alors que les flux d’investissement directs devraient atteindre 150 milliards de dollars d’ici 2015.

L’Afrique occupe une place de choix à l’agenda des futures stratégies d’investissement des décideurs sondés : 42 % d’entre eux envisage d’investir davantage dans la région et 19 % confirment qu’ils maintiendront leurs activités sur le continent.

«L’IDE a un rôle particulièrement important à jouer, tant en tant que source de capital à long terme pour le réinvestissement dans des initiatives en matière d’infrastructures qu’en tant qu’accélérateur d’une croissance durable à travers l’Afrique. Et il y a encore beaucoup plus à venir», commente l’un des coauteurs de l’étude, Ajen Sita, associé directeur pour la région de l’Afrique chez Ernst & Young. «Même si la part des IDE destinée à l’Afrique a augmenté au cours des dix dernières années, nous croyons que cette progression ne reflète pas l’attractivité grandissante de cette région qui connaît des taux de croissance économique parmi les plus rapides et des retours sur investissement parmi les plus élevés au monde.»

Intérêt grandissant des pays émergents envers l’Afrique

L’enquête démontre que l’Afrique est de plus en plus attrayante aux yeux des investisseurs internationaux, particulièrement ceux en provenance des pays émergents. Au cours de la dernière décennie, les investissements provenant des pays émergents en Afrique sont passés de 100 nouveaux projets en 2003 à 240 en 2010, ce qui représente une hausse annuelle de 13 %. Ils représentent désormais 38 % du total des investissements en Afrique, versus 30 % en 2003.

En effet, près de 74 % des investisseurs provenant de pays émergents interrogés dans le cadre de cette étude affirment que l’Afrique est devenue une destination d’investissement plus attrayante au cours des trois dernières années. Ils ont également indiqué être de plus en plus positifs concernant le potentiel d’investissement de l’Afrique à long terme.

De leur côté, les régions développées telles que l’Europe et l’Amérique du Nord sont plus ambivalentes, alors qu’une grande part des répondants de ces régions estime que le progrès en Afrique a stagné au cours des dernières années. Par contre, contrairement au pessimisme des Européens sondés, les répondants nord-américains se sont dévoilés plus optimistes quant au potentiel d’investissement à long terme de l’Afrique.

Cliquez pour consulter le rapport.

 

 


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

Québec donne le feu vert à un soutien financier au Cirque

Mis à jour à 14:55 | La Presse Canadienne

Ce soutien financier pourrait atteindre jusqu’à 200 millions $ US.

La production des fabricants canadiens diminue, faute de demande

Au Québec, 59 % des répondants ont dit que la production a chuté sous le niveau normal.

Je miserai toujours sur le papier de toilette!

BLOGUE INVITÉ. Nos besoins primaires de base sont tout ce dont nous avons besoin en temps de crise!