Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Une culture d’entreprise vivante malgré la distance

Catherine Charron|Mis à jour le 26 avril 2024

Une culture d’entreprise vivante malgré la distance

Depuis maintenant un an, les employés d'Audace Marketing se réunissent tous les trimestres en Gaspésie une semaine durant. (Photo: courtoisie)

RHéveil-matin est une rubrique quotidienne où l’on présente aux gestionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur journée. En sirotant votre breuvage préféré, découvrez des astuces inédites pour rendre vos 9@5 productifs et stimulants.


RHÉVEIL-MATIN. L’équipe de la boîte Audace Marketing n’a pas été complètement déstabilisée au printemps 2020, ni au cours des mois qui ont suivi, lorsque le télétravail est devenu obligatoire puis fortement recommandé partout dans la province.

Au contraire, depuis quatre ans déjà, ses processus tout comme ses infrastructures numériques étaient adaptés afin de permettre à ses globe-trotteurs de travailler de partout. Moins de trente minutes ont donc suffi à la PME pour être entièrement opérationnelle, malgré la distance.

«Au moment où l’on avait fait ce changement, on a aussi basé la culture d’entreprise sur l’autonomisation des gens, explique Pierre Vallée, associé et conseiller en communication marketing chez Audace. Si l’on n’est pas sur le même fuseau horaire, on n’aura pas les mêmes heures de travail. On mise donc plutôt sur les objectifs de travail.»

Ce que lui et son associée, Nathalie Sirois, n’avaient pas anticipé, c’est le poids que l’isolement causerait sur le bien-être de leurs employés.

En effet, jusqu’au premier confinement, et ce malgré la politique de télétravail très flexible de l’entreprise, plus de 80% des membres de leur équipe se retrouvaient quotidiennement dans leurs bureaux de Rimouski et de Sainte-Anne-des-Monts.

La PME s’est donc retroussé les manches pour s’adapter à cette nouvelle réalité, et force est de constater qu’elle a su relever le défi: son taux de roulement depuis un an est nul et elle reçoit des candidatures spontanées de partout au Québec, se réjouit le patron.

 

Des moments de qualité

Pour parvenir à bien changer la culture, les deux associés ont dû modifier leur approche de gestion.

Afin de garder soudée une équipe dorénavant éparpillée aux quatre coins de la province, les 10 collègues se réunissent chaque matin pour discuter des dossiers de la veille, et indiquer les points à l’ordre du jour, par exemple.

Depuis maintenant un an, ils se réunissent tous les trimestres en Gaspésie une semaine durant. Audace Marketing ne mise donc pas sur la quantité, mais la qualité des contacts, et ça se reflète dans la solidité des liens qui unissent l’équipe. «On n’a pas le temps de se taper sur les nerfs, car on ne se voit que pendant une semaine. Après, on a hâte de se revoir», fait remarquer Pierre Vallée, rire dans la voix.

Au cours de ses rencontres se mêlent activités de team building et travail. La direction en profite aussi pour organiser des formations et des discussions pour prendre le pouls de l’organisation.

 

Prendre le pouls fréquemment

L’écoute des patrons est d’ailleurs l’une des clés pour garder vivante la culture d’entreprise, estime l’associé, tout comme la confiance mutuelle.

Le fait que tous les employés bossent à distance contribue aussi au succès de cette façon de travailler, puisque tous vivent une expérience similaire. Il n’y a donc pas de clans qui se créent, entre les personnes qui se présentent au bureau, et celles qui demeurent de la maison ou à l’extérieur de la région.

Or, malgré toutes les bonnes intentions de la haute direction, les employés aussi doivent adhérer à cette formule pour que l’entreprise n’en pâtisse pas et que son service demeure de qualité. «Dès le recrutement, on explique notre façon de faire et on s’assure que les candidats soient à l’aise avec l’autonomie et la responsabilisation. Les échéanciers doivent être respectés, tout comme la qualité du travail.»

D’anciens membres de l’équipe ont même quitté l’organisation dans les débuts, car cette approche ne leur convenait plus. Certains sont toutefois revenus sur leur décision, souligne le dirigeant.

Chose certaine, aucun de ses salariés actuels ne souhaite revenir en arrière, préférant et de loin la politique de travail qu’ils ont dorénavant. «Ça a amélioré la qualité de vie de tout le monde», croit Pierre Vallée.