Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Trois indices que votre intelligence émotionnelle fait défaut

Catherine Charron|Mis à jour le 26 avril 2024

Trois indices que votre intelligence émotionnelle fait défaut

Avant même de commencer à entraîner ce muscle, encore faut-il reconnaître ses faiblesses. (Photo: 123RF)

RHéveil-matin est une rubrique quotidienne où l’on présente aux gestionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur journée. En sirotant votre breuvage préféré, découvrez des astuces inédites pour rendre vos 9@5 productifs et stimulants.


RHÉVEIL-MATIN. Avez-vous de la difficulté à anticiper les réactions de vos employés, à ce que vos nouveaux projets soient acceptés, ou encore à tout simplement grimper les échelons de votre organisation? Cela pourrait être la faute de votre déficit d’intelligence émotionnelle.

Super pouvoir relationnel, cette faculté que les chercheurs américains Peter Salovey et John D. Mayer ont mise en lumière dans les années 1990 permet à la fois de jongler avec ses propres émotions et celles d’autrui afin de mener à bien ses desseins.

En d’autres termes, faire preuve d’intelligence émotionnelle permet de comprendre les motivations et d’anticiper les réactions des personnes qui nous entourent, affirme Art Markman, professeur aux départements de psychologie et de marketing à l’Université du Texas à Austin dans un papier publié sur Fast Company.

Bien que détenir de telles facultés ne soit pas toujours nécessaire pour mener une équipe, selon lui, n’en demeure pas moins que «leur absence rend la tâche bien plus complexe».

Avant même de commencer à entraîner ce muscle – car oui, ces compétences peuvent être acquises, confirme l’auteur du livre Smart Thinking – encore faut-il reconnaître ses faiblesses.

 

Premier indice: on ne vous accorde pas cette responsabilité

D’entrée de jeu, Art Markman souligne à quel point il peut être difficile de décrocher un poste de gestionnaire, la compétition étant parfois féroce.

Cela étant dit, si l’on vous refuse à plusieurs reprises de telles responsabilités, il se pourrait fort bien que ce soit à cause de cet ingrédient de plus en plus recherché chez les leaders.

Afin d’écarter cette possibilité de la table, ou d’identifier votre talon d’Achille, l’expert vous recommande de demander l’avis d’un mentor en qui vous avez confiance. Or, cette personne ne mettra peut-être pas directement le doigt sur votre manque d’intelligence émotionnelle.

À la place, elle pourrait vous indiquer que certaines personnes «hésitent à travailler avec vous», ou que vous avez de la difficulté à bien vous entendre avec vos comparses. Elle pourrait même remettre en question votre «capacité à motiver vos troupes». Ces éléments devraient vous mettre la puce à l’oreille.

 

Deuxième indice: vous peinez à faire approuver de nouveaux projets

Rarement pourrez-vous mener à terme des projets d’envergure sans avoir le support de membres plus hauts gradés que vous de votre organisation.

Vous aurez besoin certes de ressources, humaines comme financières, mais aussi de quelqu’un qui croit en votre démarche, et qui saura convaincre les autres dirigeants du bien-fondé de votre démarche, affirme le professeur à l’Université du Texas.

Si vous avez de la difficulté à trouver des champions au sein de votre organisation, il se peut, là aussi que ce soit faute de faire preuve d’intelligence émotionnelle.

Dans un tel contexte, vous devez identifier les facettes de ce projet qui importeront à ces individus, et qui les convaincront naturellement de vous suivre, de même que celles qui pourraient les rebuter, afin de trouver les bons mots pour les rassurer.

À défaut d’y parvenir, vous pourriez être tenté de «répéter à quel point [ce projet] est important, et qu’il est essentiel qu’il se concrétise», devine Art Markman.

Or, rappelle-t-il, «le mérite d’un projet est toujours sujet à l’interprétation».

 

Troisième indice: vous êtes surpris par la réaction de vos collègues

Si vous êtes souvent surpris par une réponse négative de la part des membres des votre équipe, c’est un bon indice que vous avez de la difficulté à bien identifier leurs besoins et leurs aspirations. C’est pourtant là une des pierres angulaires de l’intelligence émotionnelle.

Cette faculté ne vous permettra pas de prendre des décisions qui plairont constamment à tous vos collègues, prévient Art Markman. Pratiquement impossible, tenter d’y arriver serait de volontairement se rendre la tâche plus difficile qu’elle ne l’est déjà.

Toutefois, en anticipant le genre de réactions que vous obtiendrez de leur part, vous pourrez préparer le terrain en amont pour calmer la frustration ou l’agacement qu’une décision ou une annonce pourrait causer. Du moins, vous ne serez pas pris de court par une explosion de colère.

Le simple fait d’être en mesure de reconnaître qu’une telle situation pourrait causer une réponse négative sans pour autant mettre le doigt sur le facteur précis qui l’alimente est un pas dans la bonne direction, affirme l’auteur.

 

Pour ne plus rater ce rendez-vous, recevez votre RHéveil-matin dans votre boîte de courriels!