Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Manon Pasquer: évoluer dans un écosystème divers et inclusif

lesaffaires.com|14 mai 2024

Manon Pasquer: évoluer dans un écosystème divers et inclusif

Manon Pasquer (Photo: courtoisie)

GÉNÉRATION D’IMPACTLes Affaires vous présente les leaders de demain de la deuxième cohorte de Génération d’impact, un programme de formation d’intrapreneurs chapeauté par la Jeune Chambre de commerce de Montréal et Fondaction, avec l’accompagnement du Pôle IDEOS-HEC Montréal.

Présentation

Nom: Manon Pasquer
Fonction: Cheffe de projet et gestionnaire de proximité
Entreprise: VO2 Canada
Âge: 29 ans

 

Questions-réponses

Les Affaires: Quel est le défi que vous souhaitez relever dans le cadre de Génération d’impact?

Manon Pasquer: Le défi que je mène est de favoriser la diversité des genres dans une organisation de conseil et de services technologiques. À travers ce défi, j’envisage d’augmenter le nombre de femmes occupant des postes d’ingénieures informatiques par des actions autour du recrutement, de la communication, et de la sensibilisation des équipes. 

L’objectif serait de créer un guide avec des actions concrètes tout en sensibilisant les équipes à ce sujet. 

 

L.A.: Qu’est-ce qui vous a poussé à vouloir agir sur ce problème?

M.P.: Depuis que j’ai commencé ma carrière professionnelle en tant que cheffe de projet informatique en lien direct avec les équipes techniques, j’ai été confronté à nombreuses situations où les femmes n’étaient pas encouragées à développer leur carrière vers des postes techniques, ou tout simplement par des biais inconscients, à ne pas accéder à des projets complexes. 

De plus, il faut savoir qu’aujourd’hui au Québec, seulement 24% des postes de secteurs des sciences naturelles et appliquées et des domaines connexes sont occupés par des femmes, selon l’Institut de la statistique du Québec. 

En connaissances de l’état actuel du marché et ayant en ce moment la chance d’être dans une organisation en croissance, j’ai eu envie d’agir sur l’attractivité des talents féminins sur les postes à responsabilité techniques. 

 

L.A.: Qu’est-ce que ça prend d’après vous pour être un bon intrapreneur?

M.P.: Une bonne intrapreneure est encouragée par des actions à répercussions positives. 

La concrétisation de son défi passe par l’expertise et la connaissance du sujet pour le rendre concret et valorisé. 

Mais aussi un ou une bonne intrapreneure sait s’entourer, convaincre, communiquer et s’adapter face aux changements apportés, afin de fédérer une équipe et de créer une réelle volonté de changement en interne. 

Enfin, une bonne gestion de ses actions doit être importante. Dans ce type de projet incluant la diversité et l’inclusion, beaucoup de défis sont à relever, alors il est nécessaire de se concentrer sur un défi précis et concret. 


L.A.: D’après vous, quels sont les grands défis du monde des affaires du Québec inc.? Qu’est-ce qui doit demeurer sur leur radar?

M.P.: L’un des défis majeurs des organisations est de passer à l’action. La difficulté aujourd’hui est d’agir concrètement en ayant une répercussion positive en cohérence avec leurs valeurs, tout en répondant aux objectifs de croissance et de développement. 

Par exemple, pour promouvoir la diversité, nous avons besoin de représentation féminine au sein de ses organisations technologiques à des postes à responsabilités et techniques. Cette représentation aura une répercussion positive sur l’éducation, le monde des affaires et les femmes en général. 

Le monde des affaires doit continuer à faire face à ce défi que posent la diversité et la représentation pour diminuer les inégalités.

 

L.A.: Si vous aviez une baguette magique, à quoi ressemblerait l’employeur idéal? Que ferait-il de différent de ce que vous observez sur le marché?

M.P.: Dans un monde idéal, les personnes chargées du recrutement mettraient au cœur de leur activité l’humain. 

Le monde des affaires est un acteur primordial dans la société dans laquelle on évolue. Alors l’entreprise idéale permettrait à ses collaborateurs d’accéder à un environnement favorisant leur épanouissement et leur développement professionnel sans être confronté à un plafond de verre. 

La réalité du monde des affaires est différente, mais des actions sont déjà en cours d’être menées par une génération des 25-40 ans qui est animée par le changement.

Je suis persuadée que ce mouvement va nous permettre d’évoluer dans un écosystème divers et inclusif.

 

Inscrivez-vous à notre infolettre thématique :

PME et entrepreneuriat — Tous les mardis, mercredis et jeudis

Découvrez les innovations développées par les jeunes pousses et les PME d’ici, ainsi que les récits inspirants d’entrepreneurs.