Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires
Sylvie Huard

Espace famille en affaires

Sylvie Huard

Expert(e) invité(e)

Le succès: quand chacun a sa propre définition

Sylvie Huard|Mis à jour le 11 avril 2024

Le succès: quand chacun a sa propre définition

La définition du succès va bien au-delà de la croissance et des états financiers, d’où l’importance d’en discuter, particulièrement lors d’un transfert générationnel. (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Bonheur. Richesse. Amour. Il existe autant de définitions de ces concepts qu’il existe d’humains sur la terre. Il en va de même avec le succès. Mais qu’est-ce que le succès? Quelles sont les conséquences lorsque la définition des dirigeants n’est pas partagée? Comment remédier à une telle situation? C’est ce que nous allons voir ensemble… 

 

Le succès, c’est quoi? 

En entreprise, nous pouvons aborder le succès sous plusieurs dimensions:

 

  • La croissance des ventes, des parts de marché, de la rentabilité, du nombre d’employés, etc.;
  • Le contrôle sur son avenir;
  • Les profits, le salaire, les dividendes;
  • La possibilité d’investir dans un autre marché pour partager le risque;
  • Le plaisir de travailler ensemble;
  • Le développement des prochaines générations de la famille;
  • La réputation de la famille dans la communauté.

 

Ouf! Ça en fait des dimensions, n’est-ce pas?

 

Objectif inconnu ou attente floue = bien des frustrations 

Permettez-moi une petite tranche de vie… 

Je me suis séparée du père de ma fille — il a été homme au foyer pour prendre soin d’elle jusqu’à son adolescence — alors qu’elle avait 13 ans. Un jour, je la trouve triste, alors je lui dis: «Il me semble que tu ne files pas.» Ce à quoi elle me répond: «J’aimerais que tu sois présente.» 

Mon cœur de maman entrepreneure se tord. Je décide alors de laisser tomber toutes mes activités sociales pour être plus présente. Et c’est ainsi que je me retrouve, du lundi au vendredi soir, ainsi que tous les week-ends, seule dans mon salon. Je vous rappelle que ma fille est a-do-les-cen-te… donc qu’elle passe la majorité de son temps avec ses amis ou enfermée dans sa chambre. 

Qu’est-ce que ça me donne d’être présente si elle n’est jamais là? Et c’est en lui posant la question que je découvre que pour elle, être présente, ça signifie que ça sente bon quand elle rentre de l’école. Eh bien, avoir su, je lui en aurais cuisiné bien avant, des mijotés qui auraient embaumé la maison. 

Que pouvons-nous retenir de cette histoire qui pourrait être transposée à la réalité d’entrepreneur? 

1. Peu importe les efforts que vous ferez, s’ils ne contribuent pas à atteindre l’objectif fixé ou à combler un objectif précis, ça ne servira à rien.

2. Ne jamais présumer que les gens pensent comme vous. Par exemple, si, en tant que propriétaire d’entreprise, vous ne vous êtes jamais versé de dividendes parce que vous avez toujours réinvesti les surplus dans la croissance, ça ne veut pas dire que votre successeur veut la même chose.

3. L’absence de communication par rapport à la définition du succès, aux objectifs et aux attentes peut entraîner des frustrations pour tout le monde: le propriétaire, les actionnaires, les employés, les repreneurs… Tout. Le. Monde.

 

Le comité consultatif: la solution au problème 

Étant au cœur du monde des affaires depuis près de 30 ans, j’ai remarqué que la majorité des entreprises n’ont pas de comité consultatif. Et pourtant, le rôle de ce comité consiste à orienter la vision de l’entreprise et de la famille (si vous êtes une entreprise familiale), à définir les objectifs, à évaluer la performance de la haute direction et à encadrer la gestion du risque. 

Lorsqu’un comité consultatif n’existe pas et qu’en plus, les parents propriétaires n’abordent jamais ces aspects avec leurs enfants repreneurs, vous comprendrez que les conflits et les désastres se multiplient. 

Ainsi, les mots d’ordre sont transfert de connaissances, dialogue, échange et… accompagnement par un professionnel à l’externe. 

Pourquoi se faire accompagner, me direz-vous? Parce que bien souvent, les sages ont une gestion plus intuitive et peuvent avoir du mal à expliquer ce qui leur semble une évidence. Et de l’autre côté, la jeune génération a besoin de comprendre pour évoluer et s’épanouir dans l’entreprise. 

En résumé, on doit retenir ceci:

 

  • La définition du succès va bien au-delà de la croissance et des états financiers, d’où l’importance d’en discuter, particulièrement lors d’un transfert générationnel.
  • Le manque de communication par rapport au succès, aux objectifs et aux attentes peut entraîner des conflits.
  • Les autres ne pensent pas forcément comme nous. C’est pourquoi il est préférable de toujours valider ses perceptions auprès des personnes concernées.
  • La mise sur pied d’un comité consultatif est essentielle à la définition et à la communication d’orientations claires et communes.
  • Vous faire accompagner par un externe vous aidera à créer un espace de dialogue intergénérationnel sécurisant où tout le monde se sent libre de s’exprimer.