Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Devenez l’as de la supervision de stage avec Sherpa+

Catherine Charron|Mis à jour le 26 avril 2024

Devenez l’as de la supervision de stage avec Sherpa+

Sherpa+ forme gratuitement «les gens sur le terrain pour que [le] stage soit davantage bénéfique», explique Matthieu Petit, professeur en développement de la formation pratique à la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke.

RHéveil-matin est une rubrique quotidienne où l’on présente aux gestionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur journée. En sirotant votre breuvage préféré, découvrez des astuces inédites pour rendre vos 9@5 productifs et stimulants.


RHÉVEIL-MATIN. Étape importante du cursus scolaire, le stage est l’occasion idéale pour faire rayonner sa marque employeur auprès de travailleurs prometteurs. Encore faut-il que l’expérience soit réussie, et force est de constater que ce n’est pas toujours le cas, rapportent les fédérations estudiantines.

Sherpa+, la toute nouvelle autoformation pour accompagnants, compte changer la donne d’après son responsable Matthieu Petit, professeur en développement de la formation pratique à la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke.

Certes, «il existait déjà plein de ressources, mais il y avait très peu de choses, voire rien, qui était adapté aux gens sur le terrain. C’est pourquoi on a une réponse aussi incroyable des institutions de formations qui voient bien les problèmes» rencontrés par les étudiants, d’après lui.

En effet, nombreuses sont les expériences d’apprentissage qui ne correspondent pas exactement à leurs besoins, rapporte le responsable de stages de différents programmes en enseignement.

«Les objectifs pédagogiques étaient souvent peu clairs, il y a des différences entre le stage convenu et le stage réel. Les tâches confiées n’étaient pas tout à fait celles qui avaient été prévues, elles ne relèvent pas de ce pour quoi ils sont formés, elles vont au-delà ou en dessous de leur niveau de compétences, énumère Matthieu Petit. L’autre élément, c’est l’enjeu de l’accompagnement. Tu peux être un excellent vétérinaire, mais un très mauvais pédagogue pour un étudiant en technique de santé animale.»

Alertés par les fédérations étudiantes, le ministère de l’Éducation supérieure et le Secrétariat de la jeunesse ont mandaté il y a un peu plus d’un an l’expert afin qu’il crée un cursus dédié aux superviseurs de stages.

Pour qu’ils y trouvent leur compte, qu’importe leur métier, ou leur profession, le chercheur, qui s’intéresse notamment à l’étude de l’apprentissage sur les plateformes virtuelles, s’est entouré d’une équipe de spécialistes autant du niveau collégial qu’universitaire pour mener à bien sa mission.

 

Un cursus accessible

«Ce n’est pas une formation créditée et très engageante, et si c’est ce qu’on avait proposé, les gens auraient dit qu’ils n’avaient pas le temps. […] D’une durée de trois heures, elle peut se suivre en mangeant ton lunch », d’après lui.

Sherpa+ est découpée en deux blocs. Le parcours de base se penche d’abord sur ce qu’est un stage et un apprenti, et le rôle de la personne accompagnatrice.

«On couvre sept autres sujets dans le parcours de progression. L’accueil des stagiaires jusqu’à l’évaluation, en passant par la rétroaction, le savoir-être, le bien-être, l’utilisation du numérique dans une situation de l’accompagnement», ajoute Matthieu Petit.

Chaque module comprend des vidéos explicatives, des témoignages de stagiaires, de petits questionnaires, de même que des fiches synthèses afin de faciliter l’apprentissage.

En plus d’outiller les superviseurs, Sherpa+ a pour mission de rendre l’expérience de stage plus équitable, diverse et inclusive, de même qu’à informer les entreprises des dernières modifications législatives sur ces formations en milieu de travail.

Une communauté sera aussi créée afin que les personnes qui utiliseront Sherpa+ puissent échanger.

Matthieu Petit encourage les organisations et les institutions de formation à «réinvestir la plateforme», à se l’approprier et à ajuster le contenu afin qu’il réponde à leurs spécificités.

D’ailleurs, le ministère leur a accordé les fonds nécessaires pour qu’au cours des trois prochaines années des mises à jour y soit apporté afin de «pérenniser Sherpa+», et s’assurer que l’outil demeure des plus pertinents.

«Tout le monde voit le besoin de former les gens sur le terrain pour que l’expérience stage soit davantage bénéfique», estime le chercheur.