Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

«Comment m’empêcher de flâner sur le web quand je télétravaille?»

Olivier Schmouker|03 novembre 2022

«Comment m’empêcher de flâner sur le web quand je télétravaille?»

Une forme de pause qui ne nuit pas à la productivité... (Photo: Dai KE pour Unsplash)

MAUDITE JOB! est une rubrique où Olivier Schmouker répond à vos interrogations les plus croustillantes [et les plus pertinentes] sur le monde de l’entreprise moderne… et, bien sûr, de ses travers. Un rendez-vous à lire les mardis et les jeudisVous avez envie de participer? Envoyez-nous votre question à mauditejob@groupecontex.ca

Q. – «J’ai un aveu à faire. Depuis que nous fonctionnons en mode hybride, à la maison, je ne peux pas m’empêcher de flâner sur le web. Comme ça, par plaisir, sans rien chercher de précis. Ça me fait du bien, mais je pense que ça nuit aussi à ma productivité. Bien entendu, les jours de bureau, je ne m’amuse pas à ça. Comment me retenir à la maison?» – Sophie-Anne

R. — Chère Sophie-Anne, j’ai une petite question pour vous: êtes-vous si sûre que ça que le flânage sur le web nuit à votre productivité? Bon, si votre réponse est que cela représente une grosse partie de votre temps de travail, il va de soi que le problème est sérieux, mais j’en serais surpris: votre boss vous en aurait déjà parlé, j’imagine, car votre productivité à la maison serait alors en grand décalage avec celle que vous avez au bureau. Je suppose donc que nous ne sommes pas dans ce cas de figure, qui reviendrait à une forme de dépendance technologique nécessitant le recours aux services d’un expert en la matière.

J’en reviens donc à ma petite question, qui n’est pas si innocente que ça: le flânage sur le web nuit-il vraiment à la productivité? Il se trouve que deux professeurs de management de l’Université nationale de Singapour, Vivien Lim et Don Chen, se sont penchés sur ce sujet en 2009 et ont ainsi fait une découverte qui devrait en surprendre plus d’un…

Les deux chercheurs ont rémunéré des étudiants pour accomplir une tâche rébarbative, correspondante à supprimer les «e» de tous les mots d’un texte. Au bout de 20 minutes de travail, les participants devaient prendre une pause de 10 minutes. Ce qu’ils ne savaient pas, c’était qu’ils avaient été répartis en trois groupes:

– Le premier groupe ne pouvait pas se reposer pendant la «pause», mais devait accomplir une tâche différente, beaucoup plus simple.

– Le deuxième groupe pouvait faire ce qu’il voulait à son ordinateur, sauf flâner sur le web.

– Le troisième groupe était invité à flâner sur le web.

Puis, le travail a dû reprendre, pour encore 10 minutes.

Résultat? Les «flâneurs» ont été les plus productifs. De loin.

À noter un point intéressant: les deux chercheurs ont remarqué que ceux qui avaient profité des 10 minutes de pause pour consulter et traiter des courriels personnels ont été les moins productifs de tous les participants à l’expérience. Et ce, sûrement parce que «consulter des courriels est psychiquement exigeant», ont avancé Vivien Lim et Don Chen.

Bref, Sophie-Anne, ne vous empêchez pas de flâner sur le web lorsque vous travaillez à la maison. Car, contrairement à ce que vous pensez, cela ne nuit pas à votre productivité, à tout le moins ça nuit moins que d’autres types de pause (consulter ses courriels personnels, régler une petite tâche urgente, etc.). Le mieux, me semble-t-il, est de vous fixer des temps de pause à des heures fixes, de consacrer, disons, une pause sur deux au flânage sur le web et les autres à vous dégourdir le corps et la tête (une série de mouvements de relaxation, une bouffée d’air frais dehors pendant quelques minutes, etc.), et surtout, de vous y tenir. Qu’en pensez-vous?