Retraite: une majorité prévoit maintenant travailler à 66 ans

Publié le 20/02/2013 à 09:02, mis à jour le 20/02/2013 à 10:44

Retraite: une majorité prévoit maintenant travailler à 66 ans

Publié le 20/02/2013 à 09:02, mis à jour le 20/02/2013 à 10:44

Par Martin Jolicoeur

Le travail passé l'âge de 66 ans est en voie de devenir la norme au Canada. (Photo: Bloomberg)

L'incertitude économique des cinq dernières années aura forcé les Canadiens à modifier leurs plans de retraite.

En effet, d'après un sondage de la Financière Sun Life, le nombre de travailleurs canadiens qui prévoient être à la retraite à l'âge de 66 ans a diminué de moitié en en cinq ans. Quelque 27% des répondants d’aujourd’hui prévoient être à la retraite passé l’âge de 65 ans, comparativement à 51% en 2008.

«Le rêve de pouvoir se permettre d'être complètement à la retraite à l'âge de 66 ans s'estompe chez les Canadiens, indique Kevin Dougherty, président, Financière Sun Life Canada. (…) La crise financière de 2008 a eu des conséquences à long terme, et un nombre accru de travailleurs prévoient maintenant qu'ils devront travailler plus longtemps pour cette raison.

Pour la première fois en cinq ans de suivi des tendances en matière de retraite, l'indice de Financière Sun Life révèle que le nombre de Canadiens qui prévoient être à la retraite à 66 ans (27 %) est à peu près égal au nombre de ceux qui prévoient travailler à temps plein à 66 ans (26 %).

Presque un autre tiers (32 %) prévoient travailler à temps partiel à 66 ans, de telle sorte que près de 60 % des Canadiens envisagent maintenant de travailler après l'âge autrefois normal de départ à la retraite (65 ans). D’après le sondage, 15% sont incertains.

Les résultats du sondage de la Sun Life permettent de préciser que l'intention accrue des travailleurs de demeurer actif passé l'âge de 66 ans est d'abord une question de nécessité financière, ou de crainte d'épuiser leurs épargnes de leur vivant. Près de 63 % des répondants prévoient en effet qu'ils seront obligés de travailler après 66 ans, tandis que seulement  37 % prévoient le faire par simple choix. 

Par ailleurs, on apprend que plus du tiers des Canadiens (38%) estiment que le risque de voir leur épargne-retraite s'épuiser de leur vivant est élevé et que près du tiers (31 %) des Canadiens ne sont pas du tout convaincus qu'ils auront suffisamment d'argent pour couvrir les frais médicaux.

Le sondage a aussi révélé que les Canadiens manquent de cohérence en ce qui touche l'épargne-retraite. Ils prévoient avoir besoin d'un revenu moyen de 46 000 $ par année pendant leur retraite, mais ils visent la constitution d'une épargne-retraite de seulement 385 687 $ (exclusion faite de leur maison ou autres propriétés).

 

À la une

Commerce: Biden maintiendra la pression sur la Chine

23/10/2020 | François Normand

Les républicains ont une perception plus négative à l'égard de la Chine, mais elle progresse aussi chez les démocrates.

Une bulle technologique dans le S&P500? (la suite)

23/10/2020 | Ian Gascon

BLOGUE INTIVÉ. Les titres technologiques méritent-ils des évaluations aussi élevées?

Si ça semble trop beau pour être vrai…

23/10/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les rendements élevés viennent obligatoirement avec des risques élevés.