Plus de la moitié des Canadiens craignent de manquer d'argent à leur retraite

Publié le 12/02/2020 à 06:53

Plus de la moitié des Canadiens craignent de manquer d'argent à leur retraite

Publié le 12/02/2020 à 06:53

Par La Presse Canadienne

(123rf)

Plus de la moitié des répondants à un sondage de la Banque Scotia craignent de devoir retourner sur le marché du travail après avoir pris leur retraite en raison d'éventuelles pressions financières.

Les résultats de l'enquête révèlent que les répondants canadiens s'attendent en moyenne à prendre leur retraite à 64 ans, tandis que six pour cent d'entre eux prévoient ne jamais prendre leur retraite.

La crainte de perdre leur indépendance financière inquiète 59 % des répondants, tandis que 53 % craignent de devoir retourner au travail après la retraite, selon le sondage de la Banque Scotia mené par Nielsen Consumer Insights. Cette dernière a interrogé 1012 personnes entre le 25 janvier et le 3 février.

Même si près de sept travailleurs sur dix épargnent pour la retraite, la même proportion d'entre eux pense qu'ils n'épargnent pas suffisamment.

Selon les résultats, les répondants s'attendent à avoir besoin de 697 000 $ en épargne-retraite, un montant inférieur à celui de 753 000 $ évoqué lors d'un sondage semblable en 2017. C'est nettement inférieur au million de dollars que de nombreux conseillers financiers suggèrent pour une retraite sûre, a observé la Scotia.

Le sondage révèle que la planification de la retraite est passée dans l'ombre des priorités financières plus immédiates. Alors qu'elle était une priorité absolue pour 32 % des Canadiens en 2017, l'épargne pour la retraite ne l'était plus que pour moins d'un quart des Canadiens dans le plus récent sondage.

Sur les 32 % de répondants qui n'épargnent pas pour la retraite, près de la moitié ont entre 18 et 35 ans.

«Nous sommes conscients que les jeunes ont d'autres priorités à cette période de leur vie: lancer leur carrière, rembourser leurs prêts étudiants et épargner en vue d'acheter leur première propriété», a observé le premier vice-président aux dépôts de détail, placements et paiements à la Banque Scotia, D'Arcy McDonald.

«Le meilleur conseil que nous puissions leur donner, c'est de commencer à épargner tôt pour la retraite. Même si le montant est peu élevé, le simple fait de cotiser par prélèvement automatique est une excellente façon de développer des habitudes essentielles qui seront rentables à long terme dans le cadre d'un plan financier.»


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

RRQ et PSV retardés: l'impact sur la planification successorale

EXPERT INVITÉ. On cherche souvent à savoir à quel moment cette option deviendra rentable.

La Caisse se renforce à l'international et au Québec

20/02/2020 | François Normand

La Caisse a investi à la fois 10,5 milliards de dollars canadiens au Québec et à l’international en placements privés.

À la une

Canada: l'économie a connu un brusque ralentissement fin 2019

10:25 | AFP

Le PIB a progressé de seulement 0,3 %, une forte baisse par rapport à la croissance de 1,1 % au 3e trimestre.

À surveiller: Banque Nationale, Kinaxis et Banque TD

08:55 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Banque Nationale, Kinaxis et Banque TD? Voici quelques recommandations d'analystes.

Bourse: le temps de miser sur les grandes banques canadiennes?

BALADO. Les plongeons boursiers des derniers jours rendent les titres bancaires très intéressants, selon Steve Bélisle.