Plus de Canadiens «lourdement endettés » qu'il y a dix ans

Publié le 29/04/2015 à 11:52

Plus de Canadiens «lourdement endettés » qu'il y a dix ans

Publié le 29/04/2015 à 11:52

Par lesaffaires.com

Le nombre de ménages «lourdement endettés» se trouve à un sommet, selon une étude de Statistique Canada. Les Canadiens sont ainsi plus vulnérables à un choc économique ou à un changement de leur situation professionnelle ou personnelle.

En 2012, 35% des ménages avaient un endettement représentant deux fois leurs revenus disponibles. Ce ratio était de 23% en 1999.

Le portrait permet de constater qu’une part importante des dettes personnelles est concentrée entre les mêmes mains. Le passif de près de 12% des ménages est supérieur à 250% de leurs revenus disponibles, c’est deux fois plus qu’en 2000. Ces ménages détiennent 40% des dettes personnelles au Canada.

La tendance ne s’est probablement pas renversée après 2012, la fin de la période couverte par l’étude. À la fin de l’année 2014, l’endettement des ménages représentait 163,3% de leurs revenus disponibles. Le niveau le plus élevé jamais enregistré.

L’enquête de l’agence fédérale permet de constater que les familles d’entre 35 ans et 44 ans avec au moins un enfant mineur. La dette a plus que doublé.

Seul élément de stabilité au cours de cette période, le ratio dette/actif est resté stable. La valeur des actifs a donc progressé à un rythme relativement similaire à celui du passif. L’appréciation des prix des habitations explique en partie cette hausse.

En savoir plus: Téléchargez l'étude complète de Statistiques Canada disponible à gauche de l'article

 

À la une

Cinq régions passent en zone orange

Mis à jour le 03/03/2021 | lesaffaires.com

Ce sont régions de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches, de la Mauricie, de l’Estrie, du Centre-du-Québec.

Le Québec pourrait passer au orange, sauf dans le grand Montréal

Les yeux des régions en zone rouge sont ainsi tournés mercredi après-midi vers le premier ministre.

La COVID-19 a fait baisser l'espérance de vie au Québec

La hausse du nombre de décès enregistrés au Québec en 2020 est attribuée à la pandémie de COVID-19.