Notre lecteur épargne-t-il trop ?


Édition du 25 Novembre 2017

Notre lecteur épargne-t-il trop ?


Édition du 25 Novembre 2017

Par Stéphane Rolland

Ingénieur célibataire de 35 ans, notre fonctionnaire municipal gagne un revenu annuel de 85 000 $. Il se demande s’il aurait les moyens d’acquérir un autre immeuble à revenus. [Photo : Getty Images]

Bien des gens se demandent s'ils épargnent suffisamment pour la retraite. Notre lecteur se pose la question contraire. Toute sa marge de manoeuvre est consacrée à l'épargne. Se prive-t-il des plaisirs du moment présent sans que cela soit nécessaire ? Nous avons posé la question à Nathalie Jacques, planificatrice financière chez la Financière Sun Life.

La situation

Ingénieur célibataire de 35 ans, ce fonctionnaire municipal gagne un revenu annuel de 85 000 $. S'il reste en poste, il peut aspirer à une bonne progression de sa rémunération, car il lui reste encore des échelons à gravir. Outre son salaire, il peut compter sur un revenu de location annuel de 14 500 $ tiré d'une copropriété. Il se demande s'il aurait les moyens d'acquérir un autre immeuble à revenus.

À la retraite, le travailleur bénéficiera d'un régime de retraite à prestation déterminée auquel il cotise depuis un an. Pour chaque année de travail réalisée, le rentier accumule l'équivalent de 2 % de la moyenne de son salaire annuel des trois meilleures années de carrière. S'il prend sa retraite à 60 ans, il aura accumulé 26 années de service (taux de remplacement du salaire à 52 %).

La valeur de son régime enregistré d'épargne-retraite (REER) atteint 175 000 $. Ce bas de laine constitue la très grande majorité de ses actifs financiers. À part le REER, il a accumulé 7 500 $ dans son compte d'épargne libre d'impôt (CELI) et 3 700 $ dans un compte non enregistré.

Dans la colonne des passifs, il a des hypothèques de 185 000 $ sur sa résidence et de 124 000 $ sur la copropriété en location. Il a aussi une marge de crédit de 10 000 $. À partir de 2018, il commencera à rembourser les 25 000 $ retirés de son REER dans le cadre du régime d'accession à la propriété (RAP).

Ses habitudes d'épargne consistent à mettre de côté 60 $ par semaine en vue d'acheter une voiture d'ici deux à quatre ans. Le véhicule qu'il possède est entièrement payé. Le jeune professionnel contribue 5 000 $ à son REER chaque année. Cet argent est toutefois puisé dans une marge de crédit, qu'il rembourse au cours de l'année. Notre lecteur estime ne pas avoir de marge de manoeuvre supplémentaire vu le financement de son train de vie et le remboursement des deux hypothèques.

La réponse

Monsieur n'a pas besoin d'épargner autant en vue de la retraite, dit Nathalie Jacques. Ses excédents budgétaires peuvent donc être utilisés à d'autres fins. La planificatrice financière estime que notre lecteur pourrait se contenter de mettre 150 $ par mois dans son REER afin d'atteindre ses objectifs. Pour l'instant, le montant correspond au remboursement du RAP, mais cette cotisation devra être maintenue jusqu'à l'âge de 60 ans.

En procédant ainsi, il aura suffisamment d'argent pour remplacer 70 % de ses revenus actuels à 60 ans. Cela représente un revenu mensuel de 3 750 $ en dollars actuels pour financer les dépenses courantes, en plus de 10 000 $ chaque année pour les voyages entre 60 ans et 70 ans.

Pour arriver à ce chiffre, Mme Jacques estime que le portefeuille de placement générera un rendement de 7 % avant la retraite et de 4 % au moment de la retraite. Les prévisions de l'inflation sont à 2 %. La planificatrice ne tient pas compte de la valeur des actifs immobiliers dans le calcul (résidence et copropriété en location). Elle présume que notre lecteur conservera sa résidence principale et la copropriété, qui continuera d'être une source de revenu de location.

Pour le remboursement du RAP, Mme Jacques suggère à notre lecteur de cotiser au Fonds de solidarité FTQ «afin de rembourser son RAP et d'optimiser ses remboursements d'impôt». Elle rappelle que le particulier n'est pas obligé de rembourser son RAP à partir du compte où il a fait les retraits. «Une simple écriture comptable sur la déclaration d'impôt indiquera qu'une partie de ces contributions seront appliquées au remboursement du RAP», précise-t-elle.

Au bout du compte, la planificatrice pense que le jeune professionnel peut se permettre d'alléger son budget de 5 000 $ par année. Cela équivaut au prêt qu'il effectue pour cotiser à son REER. Entre parenthèses, elle souligne qu'il est mieux de payer les cotisations à l'aide de l'épargne plutôt que de recourir à l'endettement à court terme.

Pour l'achat d'une deuxième propriété à revenu, elle estime que de libérer la marge de manoeuvre de 5 000 $ permettrait d'accumuler la mise de fonds nécessaire à l'achat d'un immeuble locatif dans un horizon de cinq à huit ans.

Comme la rémunération de l'ingénieur municipal est appelée à croître plus rapidement que l'inflation, Mme Jacques l'invite à consacrer toute augmentation salariale à l'épargne et aux projets spéciaux.

Tour d'horizon des placements

En ce qui concerne le contenu du REER de notre lecteur, la planificatrice constate qu'il est principalement investi dans des titres américains et étrangers. Il contient très peu d'actions canadiennes. L'ingénieur aurait intérêt à augmenter la pondération de son portefeuille canadien «afin d'obtenir une meilleure diversification et, par conséquent, une réduction du niveau de risque», suggère-t-elle.

Elle conseille également de maintenir un faible niveau de risque à l'intérieur du CELI. L'épargne effectuée en vue de se payer une voiture ne devrait pas être trop exposée à la volatilité du marché, prévient-elle.

EXPERTE INVITÉE

Nathalie Jacques, planificatrice financière chez la Financière Sun Life

À la une

La Bourse de Toronto termine en baisse de plus de 350 points

Mis à jour il y a 4 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine aussi dans le rouge, déprimée par les taux obligataires.

À surveiller: Dollarama, Banque Scotia et Alimentation Couche-Tard

Que faire avec les titres de Dollarama, Banque Scotia et Alimentation Couche-Tard? Voici des recommandations d’analystes

Les nouvelles du marché du mercredi 29 mai

Mis à jour à 09:21 | Refinitiv

PwC devient le premier client d’OpenAI.