La planification de retraite a radicalement changé depuis 10 ans

Publié le 13/10/2016 à 10:05

La planification de retraite a radicalement changé depuis 10 ans

Publié le 13/10/2016 à 10:05

Par Institut québécois de planification financière

Les recommandations des planificateurs financiers en 2016 ne sont plus les mêmes qu’en 2006.


Démographie, amélioration de l’espérance de vie, fiscalité de plus en plus complexe, REER, CELI, FERR, faiblesse des taux d’intérêt, mauvaise santé financière des régimes de retraite et réforme des régimes publics : tous ces éléments ont contribué à des formules de calcul plus complexes et plus adaptées à la situation de chacun.


Voici quelques-uns des nouveaux facteurs dont il faut tenir compte dans une planification financière sur mesure et qui peuvent semer la confusion auprès des épargnants au moment des prises de décisions… quand ils ne changent pas carrément les plans envisagés initialement.


L’arrivée du CELI


L’arrivée du compte d’épargne libre d’impôt (CELI) en 2009 a ajouté une option importante dans les véhicules d’épargne. Le CELI a trouvé sa place auprès du REER, qui régnait en roi et maître depuis 1990. Le CELI n’a pas été instauré pour faire de l’ombre au REER, mais plutôt pour lui être complémentaire. Cependant, un trouble est né dans l’esprit des épargnants : vaut-il mieux garnir son REER ou son CELI ?


Si vous versez vos sommes un peu au pif dans l’un ou l’autre de ces instruments, sans véritable stratégie de cotisation, il est temps d’attribuer un objectif et une raison d’être à chaque compte pour mieux les discriminer et, surtout, pour en maximiser les particularités.


Les modifications au Régime de rentes du Québec


Par le passé, la plupart des salariés qui quittaient le marché du travail à 60 ans demandaient leurs versements du Régime de rentes du Québec (RRQ) dès cet âge, et ce, malgré une réduction de 0,5 % par mois d’anticipation pour une rente demandée avant 65 ans. Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras, c’est ce qu’on se disait.


Depuis la réforme du Régime en 2013, qui a introduit la bonification d’une rente demandée tardivement et haussé le taux de pénalité d’une rente anticipée, de nombreuses stratégies fiscales visant à maximiser les liquidités disponibles d’un retraité ont vu le jour. L’âge de la retraite ne coïncide plus forcément avec celui de l’obtention des rentes publiques.


Le report de la pension de la Sécurité de la vieillesse (PSV)


La même réflexion se pose en ce qui concerne la PSV. On nous a chatouillé l’oreille sous le gouvernement Harper avec un report de l’âge d’admissibilité à 67 ans, mais le gouvernement actuel a rétabli les critères à 65 ans… pour l’instant.


Depuis le 1er juillet 2013, il est possible de reporter volontairement sa PSV d’un maximum de 5 ans tout en bonifiant le montant de la pension, sans compter les augmentations dues au taux d’indexation trimestriel.


Grâce aux majorations accordées par les gouvernements fédéral et provincial pour des reports de rentes après 65 ans, de nombreuses stratégies qui en tirent parti peuvent assurer un pécule indexé à vie très enviable. Pour combler la perte de ces revenus entre 60 et 70 ans, des retraits du capital retraite seront nécessaires. Toutefois, les retraits de REER et de FERR seront vraisemblablement moins élevés après 70 ans, puisqu’on recevra alors une rente de la PSV bonifiée.


L’endettement des ménages


Le taux d’endettement des ménages ne cesse d’atteindre des niveaux record chaque trimestre; le plus souvent, il s’agit de prêts hypothécaires de plus en plus importants et demandés à un âge plus avancé que par le passé.


Résultat : une autre réalité a vu le jour dans le paysage de la planification de la retraite, soit de retarder le départ à la retraite ou de retourner sur le marché du travail pour parvenir à régler ses dettes. D’autant que les baby-boomers, généralement en forme et actifs, peuvent espérer vivre plus longtemps que la génération de leurs parents.


Des conseils intemporels


Dans ce tumulte de facteurs qui font éclater le parcours classique d’un départ à la retraite, certaines vérités demeurent : commencez tôt à épargner, payez vos dettes avant de cotiser au REER ou au CELI et ayez un bon plan de retraite. Qu’importe le nombre de réécritures des lois et règlements qui régissent la fiscalité, au gré des gouvernements et des marchés boursiers, ces recommandations ne se démoderont jamais!


 


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Les retraités, gagnants du budget fédéral

20/03/2019 | Daniel Germain

BUDGET FÉDÉRAL. SRG bonifié, rentes différées et rentes variables, nouveaux outils des retraités...

L'accès à la propriété: la quadrature du cercle

19/03/2019 | Daniel Germain

BUDGET FÉDÉRAL. Ottawa introduit un nouveau programme d’aide pour les premiers acheteurs et améliore le RAP.

À la une

Immobilier: les Chinois supplantent les Français et les Américains

20/03/2019 | Martin Jolicoeur

En forte croissance, les investisseurs chinois dépassent maintenant les Francais et les Américains à Montréal.

À la une: Montréal est «hot» en immobilier. Trop?

Édition du 23 Mars 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, Montréal est «hot» en immobilier. Trop?

Les ventes de maisons de luxe ont grimpé à Montréal, selon Sotheby's

À Calgary, Vancouver et dans le grand Toronto, le nombre de vente a plutôt chuté.